Exercice militaire naval « Grand African Nemo »: la marine française forme de la marine ivoirienne

REQUIN 2019: l'exercice militaire des Forces armées de Côte d’Ivoire

L’exercice naval annuel dénommé «», initié par la marine française au profit des marines riveraines du Golfe de Guinée.

Tous les services chargés de l’action de l’Etat en mer à savoir, la marine nationale avec la brigade cynophile, la police nationale avec les officiers d’immigration, les forces aériennes, la gendarmerie nationale, la direction de l’aquaculture et des pêches, la direction générale des affaires maritimes et portuaires, l’administration du port autonome de San-Pedro et la cellule juridique sont engagés dans cet exercice.

Le scénario de l’exercice se résume à l’entrée d’un navire de pêche dans la limite des eaux ivoiriennes avec un comportement suspect. Il n’émet pas de signal d’identification automatique. Il est détecté par le centre opérationnel de la marine nationale présent à San-Pedro. Les informations sont transmises au commandant de la marine nationale à Abidjan. Un navire patrouilleur avec une équipe de visite est déployé sur les lieux à l’effet d’avoir plus d’informations sur le navire suspect.

LIRE AUSSI: Sinfra: un gendarme tué par les coupeurs de route

Par la même occasion, l’armée de l’air est alertée pour faire décoller un avion de patrouille maritime pour l’identification du navire suspect. A l’issue des investigations, il ressort que le navire est en infraction de pêche illicite dans les eaux ivoiriennes. De plus, il est suspecté de faire du trafic de stupéfiants. Une équipe de la brigade cynophile de la gendarmerie nationale en provenance d’Abidjan est mise en action pour approfondir les investigations sur la drogue.

La Côte d’Ivoire est engagée dans l’exercice «Grand African Nemo» sur deux types de scénarios dont la première partie a été jouée dans la zone maritime Est avec en mettant l’accent sur lutte contre la pollution marine. Le deuxième scénario qui s’est joué au port autonome de San-Pedro porte sur la lutte contre la pêche illicite couplée au trafic de drogues et à l’immigration clandestine. Lors de la première édition, qui s’est déroulée en 2018 dans cette même localité, l’accent a été mis sur la lutte contre la pollution marine.

LIRE AUSSI: Yopougon Gesco: deux « microbes » abattus suite à l’agression d’un gendarme

Le commandant de l’opération, le capitaine de , a indiqué que l’objectif est de tester les capacités de la zone maritime ouest qui englobe le port autonome de San-Pedro afin de la rendre autonome en matière conduite des affaires maritimes et dans la lutte efficace contre les actes illicites en mer.

En effet, a-t-il expliqué, la zone maritime Ouest a été créée mais n’est pas encore opérationnelle parce qu’elle n’est pas pourvue de préfets maritimes et tous les services administratifs de la zone n’ont pas toutes les capacités pour intervenir en mer.

LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire: voici le Prix d’Excellence du « Glaive d’Honneur de la Gendarmerie Nationale » 2019

En marge de cet exercice, la cellule juridique, qui établit la connexion du ministère de la Justice avec les administrations qui interviennent dans l’action de l’Etat en mer, sera installée pour une meilleure gestion locale des infractions maritimes.

Personnalités liées avec l’article