Fonction publique de Côte d’Ivoire: Tout sur les nouvelles réformes

Le ministre de la Fonction publique, , a dévoilé, le vendredi 20 septembre 2019, le nouveau visage de la nouvelle Administration ivoirienne.

Selon Issa Coulibaly, cette volonté de redynamisation de l’Administration publique s’inscrit dans l’ambition du gouvernement ivoirien de faire de la Fonction publique un des piliers de l’émergence de notre pays à l’horizon 2020 et ce, à travers des réformes visant à mettre en œuvre “des politiques publiques efficaces, inclusives et transparentes”.

Au plan structurel, a-t-il indiqué,  le ministère a procédé à la déconcentration des services par la création de 33 directions régionales sur toute l’étendue du territoire national, par la construction de nouveaux bâtiments et la réhabilitation de ceux existant, ainsi que leur équipement (en matériels roulants, équipements de bureau et en matériels informatiques) pour un investissement global de 3 milliards de francs CFA.

A LIRE AUSSI : Opération « Epervier 5 » en Côte d’Ivoire: une cinquantaine de personnes interpellées à Abobo

Au terme organisationnel, dans le but  de passer de la gestion manuelle à la gestion numérique, il a été mis en place une direction des systèmes d’information pour assurer la digitalisation des procédures de gestion des ressources humaines de l’Administration publique.

La réalisation de ce projet de digitalisation se décline en trois  composantes que sont la gestion informatisée de la carrière des fonctionnaires, à partir d’une application dénommée  Système intégré de gestion des fonctionnaires et agents de l’Etat (SIGFAE),  la numérisation des dossiers administratifs des fonctionnaires et l’informatisation du processus d’organisation des concours.

A LIRE AUSSI : Fraudes sur l’électricité: la CIE a perdu plus de 45 milliards en 2018

Au plan de la réglementation, des dispositions ont été prises ou sont en cours de l’être, pour améliorer qualitativement l’environnement de travail des fonctionnaires. A savoir, le  renforcement des pouvoirs disciplinaires des ministres techniques chargés des corps paramilitaires, la mise en place d’un nouveau mécanisme exceptionnel pour le recrutement, par voie contractuelle, des médecins militaires à la retraite et le projet de révision de la loi portant statut général de la Fonction publique pour l’actualiser.

Le Gouvernement, conscient de l’importance des ressources humaines, a consenti, au plan social, de sa propre initiative et sans aucune pression, d’importants efforts financiers visant à améliorer les conditions de vie et de travail.

A LIRE AUSSI : Fraude à la Fonction publique en Côte d’Ivoire: Plus de 1000 agents fictifs identifiés

En termes de perspectives, a relevé Issa Coulibaly, d’autres réformes sont en cours en vue de renforcer la performance de l’administration. Elles portent sur le pointage biométrique pour améliorer le contrôle des effectifs et de présence dans les services, l’élaboration du Référentiel des emplois et des compétences (REC), l’adoption du projet de loi portant statut général de la Fonction publique, la finalisation de la réforme de l’ () avec la révision des curricula de formation.

Ces réformes sont aussi relatives à la pérennisation du SIGFAE, à la poursuite du processus de digitalisation et de dématérialisation des procédures administratives et à la systématisation de la démarche qualité au sein de l’Administration.

A LIRE AUSSI : Pétrole en Côte d’Ivoire: tout sur la production nationale en 2019

“La marche de notre pays vers l’émergence est un processus participatif qui engage toutes les forces vives de la Nation, et plus encore, les fonctionnaires et agents de l’Etat qui en sont des acteurs de premier plan. J’invite les fonctionnaires et agents de l’Etat à travailler à l’avènement de cette Fonction publique qui prenne sa part dans la construction de la Côte d’Ivoire émergente que le Chef de l’Etat, , appelle de tous ses vœux”, a souhaité Issa Coulibaly.

A la date du 31 août 2019, le ministère annonce 220.774 fonctionnaires dont 146.245 hommes soit 66, 24% et 74.529 femmes soit 33,76%. Et ce, pour une masse salariale de 1720,8 milliards de francs CFA représentant 39,8% des recettes fiscales.

Personnalités liées avec l’article