Rapport Mo Ibrahim 2019 sur la gouvernance en Afrique

Le Rapport sur la gouvernance en Afrique 2019, publié par la s’appuie sur les données de l’Indice Ibrahim de la gouvernance en Afrique.

Il est essentiel d’améliorer la disponibilité des données sur les pays africains si l’on veut réaliser les objectifs du développement, constate la Fondation Mo Ibrahim dans son nouveau Rapport sur la Gouvernance en Afrique.

D’après l’étude, les pays africains et leurs partenaires doivent redoubler d’efforts pour combler le « data gap » qui handicape le suivi des Objectifs de Développement durable (ODD) et de l’Agenda 2063, rapporte, jeudi, un communiqué de la Fondation.

Le rapport met en évidence les efforts qui restent à accomplir afin d’améliorer la gouvernance en Afrique, et souligne de façon générale la nécessité urgente de combler le « data gap » sur le continent, si l’on veut être à même d’évaluer les progrès accomplis et les efforts qui restent à mettre en œuvre.

LIRE AUSSI: Doing Business 2020: voici les 5 pays africains du Top 20 des meilleurs réformateurs mondiaux

Le rapport est publié alors même que le continent s’apprête à entamer la dernière décennie de l’Agenda 2030 (ODDs) et se trouve à mi-parcours du Premier Plan décennal de Mise en œuvre de l’Agenda 2063.

L’IIAG, qui constitue l’ensemble de données le plus complet sur la gouvernance publique en Afrique, relève d’abord l’existence d’une corrélation forte entre les scores obtenus en matière de Gouvernance globale et les résultats de l’Africa SDG Index, soulignant l’importance de la gouvernance publique pour assurer un développement durable.

LIRE AUSSI: Mamadou Koulibaly: « la Côte d’Ivoire est encore une colonie de la France»

Le rapport met ensuite en évidence les priorités à aborder dans les différents domaines ciblés conjointement par les deux Agendas 2030 et 2063 et couverts par l’IIAG, à savoir Accès à l’éducation et éducation de qualité, Santé et nutrition, Inclusion des femmes et des jeunes, Prospérité et opportunités économiques, Sécurité, justice et institutions fortes.

LIRE AUSSI: Jumia fait fermer boutique à Afrimarket

En conclusion, le rapport plaide pour la mise en place prioritaire de données solides. L’Obtention des Données de Développement (Sound Data for Governance) constituerait en quelque sorte un ODD (SDG) « chapeau », préalable indispensable à la réalisation effective de tous les autres.

« Nous nous félicitons des efforts constants pour améliorer la gouvernance, facteur crucial pour la réalisation des ODD et de l’Agenda 2063. Nous sommes toutefois préoccupés par l’incapacité dans la plupart des cas de suivre avec précision les progrès accomplis. Il n’est pas de politiques efficaces sans données solides. Sinon, nous avançons à l’aveuglette : les politiques sont inadéquates, les ressources mal orientées, et les progrès incertains. Il faut conjuguer les efforts pour combler en urgence ce data gap, si nous voulons effectivement achever nos ambitions sans laisser personne sur le bord de la route », commente Mo Ibrahim, président de la Fondation Mo Ibrahim.

Le premier Rapport sur la gouvernance en Afrique en 2019 a été publié en ligne sur le site mo.ibrahim.foundation, le 15 octobre.

Personnalités liées avec l’article