Guikahué répond à Adjoumani : Voici la réponse complète du « micro » de Bédié au « haut parleur » et au RDR

Maurice Kakou Guikahué et Kobenan Kouassi Adjoumani
Maurice Kakou Guikahué et Kobenan Kouassi Adjoumani

Maurice Kakou Guikahué répond à Kobenan Kouassi Adjoumani. Voici l’intégralité de la réponse du secrétaire exécutif en chef du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) au porte-parole dudit parti et aussi au Rassemblement des républicains (RDR). Guikahué Adjoumani : le feuilleton est loin d’être terminé.

Soyons factuels ! On a préparé la cérémonie d’hommage au président Henri Konan Bédié à Koun Fao. Il y a eu des manœuvres dilatoires pour reporter l’hommage, à deux jours de l’événement. Mais, un parti qui se respecte anticipe. Donc, le président a demandé que la cérémonie ait lieu, peut-être qu’il y en a qui ont vu le président pour dire qu’il ne faut pas faire la cérémonie, mais en définitive, le président a demandé que la cérémonie ait lieu.

A lire aussi. Guikahué répond à Ouattara depuis Koun Fao : « Octobre 2020, élection 1er tour, PDCI président ! »

Vous avez vu que sur « Le Nouveau Réveil » qui est un journal proche du PDCI-RDA, le vendredi et le samedi, l’événement était à la Une. C’est déjà un indicateur de l’adhésion du président. A partir de là, cela veut dire que la direction du parti l’a accepté. Nous sommes partis, sans être contre une personne.

A la cérémonie, j’ai présenté les excuses du ministre Siandou Fofana qui était le parrain de la cérémonie et qui n’a pas pu y aller. J’ai présenté ses excuses à ses parents. On a travaillé ensemble, mais il n’a pas pu aller parce qu’il avait des contraintes ministérielles. Parce que nous sommes tous parfois représentants des parrains aux cérémonies. On se fait représenter parce qu’on n’a pas eu le temps au dernier moment.

Guikahué Adjoumani : une affaire de « micro » et de « haut parleur »

Maintenant, ce mercredi matin, j’ai lu dans les journaux des gens (Kobenan Kouassi Adjoumani, en l’occurence, NDLR) qui disent qu’on n’était que 4000. Je dis Dieu merci, un coin comme Koun Fao, si on sort 4000 personnes, c’est déjà bon, même si nous étions plus que ce chiffre avancé. Mais s’il admet déjà 4000, c’est bon.

Ensuite, on dit : tel député n’était pas présent. Moi, je ne suis pas parti rencontrer les députés. Je viens de rencontrer aujourd’hui même tous les députés vous les avez vus. Quand je veux voir les députés, je les convoque à Abidjan. Je suis parti à la rencontre des populations et des militants du PDCI. Les secrétaires généraux de section étaient là, les chefs étaient là. Le maire de Koun Fao a dit que sur 30 chefs, il y avait 25. Nous sommes arrivés chez eux, ils nous ont reçus. Ça a été une liesse populaire.

« quand on était au comité de haut niveau, le RDR disait qu’à leur congrès, ils avaient déjà dit d’aller au parti unifié, donc, la dissolution ne posait aucun problème. Mais, à ma grande surprise, à leur congrès extraordinaire, Le président d’honneur a dit que jamais le RDR ne mourra »

En tout cas, moi, je suis satisfait. Le reste, je ne rentre pas dans les détails. Le problème, c’est qu’il y a des divergences de points de vue. Nous sommes allés à une réunion de haut niveau où des positions ont été prises. Il y a certains qui ont dit qu’ils étaient prêts à aller à la dissolution de leur parti. Moi, j’ai pris la parole au nom du PDCI-RDA et sur instruction de mon président pour dire qu’en l’état actuel des choses, ayant été président du directoire du RHDP, j’ai dit ce que je sais du RHDP. A savoir que les coordinations ne marchent pas bien, ou qu’on a beaucoup de problèmes. Que nous avons intérêt à renforcer le RHDP, à bien travailler les coordinations. Alors un matin, ce seraient les coordinations elles-mêmes qui viendraient dire : allons au RHDP unifié.

RHDP : la machine est grippée

J’ai dit que les bases n’ont pas été préparées à l’adhésion au parti unifié. Voici, ce que j’ai exprimé. Ajoutant que pour le PDCI, il fallait qu’on fasse un RHDP renforcé. Voici, la position du PDCI. Les autres ont dit qu’ils étaient prêts à dissoudre leur parti, donc, qu’on pouvait aller au parti unifié. Et c’est cette position qui m’a valu tout ce que vous savez. J’ai été accusé de tous les péchés d’Israël, de tous les noms d’oiseaux.

Mais en fin des courses, on constate quoi ? D’abord, l’UPCI dit qu’elle ne veut pas du parti unifié, alors qu’à la réunion, il était prévu qu’elle allait être dissoute. Ensuite, le PIT dit : oui mais… Nous, quand on était au comité de haut niveau, le RDR disait qu’à leur congrès, ils avaient déjà dit d’aller au parti unifié, donc, la dissolution ne posait aucun problème.

Mais, à ma grande surprise, à leur congrès extraordinaire, leur présidente (Henriette Dagri Diabaté) a dit que le RDR ne va pas se renier et que le RDR ne sera pas dissous dans le RHDP. Le président d’honneur (Alassane Ouattara) a dit que jamais le RDR ne mourra.

De ce fait, je conclus que le RDR, ne sera pas dissous. Donc, moi Guikahué, aujourd’hui, je suis le plus heureux. Et j’avais dit dans une interview que j’avais accordée au « Nouveau Réveil », que notre rôle c’est de dire ce qui est sur le terrain à Bédié et à Ouattara, pour ne pas qu’on fasse des erreurs. Parce que nous sommes sur le terrain et aujourd’hui, il n’y a pas personne, excusez-moi, toute modestie mise à part, qui connaît mieux les bases du RHDP que moi, Kakou Guikahué.

« Adjoumani a perdu »

Parce que, j’ai été un président actif du RHDP. C’est moi qui ai mis en place, les coordinations. Je ne dis pas moi seul, mais ce sont mes idées, sous ma gouvernance. Et j’ai transformé ces coordinations en directions locales de campagne du président Ouattara en 2015. Ça, c’est mon idée et ce sont mes œuvres et c’est cela qui continue.

Mais quand on a installé les coordinations, on est allé tout de suite aux élections. Et les élections se sont succédé. On n’a pas pris le temps pour bien préparer les coordinations. Regardez, quand on fait les élections, il y a des zones de Côte d’Ivoire qui ne veulent pas aller en RHDP. C’est vrai ou c’est faux ? Alors. Aujourd’hui, le RDR dit qu’il n’est pas prêt à être dissous, le PDCI dit qu’il n’est pas prêt à être dissous. L’UPCI dit qu’elle ne fait pas le parti unifié. Je ne sais pas ce que l’UDPCI va dire, mais déjà, beaucoup ont dit que chacun garde son identité. C’est ce que j’avais dit, mais en son temps, personne ne voulait m’écouter.

Je pense que si les gens m’avaient écouté, peut-être qu’on serait allé loin. Mais aujourd’hui, voici où on est. Peut-être qu’Adjoumani militait pour la dissolution des partis politiques. Moi, je militais pour la non dissolution des partis politiques, en disant qu’ils n’étaient pas prêts. Que ce n’est pas la non dissolution dans l’absolu, mais qu’actuellement, c’était prématuré. Maintenant que les partis disent qu’ils ne sont pas pour la dissolution, Adjoumani a perdu, donc honnêtement, qu’il reconnaisse sa défaite et qu’il rentre dans les rangs.

« PDCI, ne vous méprenez pas, Ouattara a une longueur d’avance sur Bédié » (Décryptage André Silver Konan)

Personnalités liées avec l’article