Le Niger a un nouveau code électoral

Le nouveau code électoral au a été voté sans en l’opposition parlementaire ayant quitté la séance plénière avant l’examen du projet de texte.

Les nouvelles modifications apportées au code électoral adopté, portent, entre autres, sur une augmentation des membres de la Commission électorale nationale indépendante (), dont les membres passent de 13 à 19, avec cinq représentants de la majorité, cinq de l’opposition et deux autres des partis non affiliés, et la présence d’un représentant de chaque candidat à l’élection présidentielle au sein de la Commission électoral lors des élections.

A LIRE AUSSI : Niger: une loi pour à mieux encadrer le culte religieux

Toutefois, plusieurs articles du code électoral restent la pomme de la discorde entre majorité et opposition, notamment l’article 8, qui rend inéligible toute personne condamnée à un an de prison, ce qui disqualifie d’office l’opposant Hama Amadou. Celui-ci, qui est principal adversaire politique du président nigérien , a été condamné par contumace à un an de prison pour une affaire des « bébés importés ».

LIRE AUSSI: Makosso: « Debordo et Arafat ont besoin de la Maca pour devenir sages »

Pour l’opposition, la non satisfaction de ses exigences par rapport à ces points « ne garantit donc désormais plus un déroulement démocratique des prochains scrutins » législatifs et présidentiels prévus en 2020 et 2021 au Niger.

Personnalités liées avec l’article