Liberia: des sénateurs hantés par le retour de la guerre civile

Des sénateurs libériens ont exprimé leur inquiétude le mardi 20 août 3019, face à la montée des violences politiques au Liberia.

“Ce pays va mal et il faut que cela cesse. Souvenons-nous de notre histoire. La guerre qui a débuté en 1989 faisait suite aux violences qui ont suivi les élections de 1985”, a souligné le sénateur d’opposition , proche de l’ancienne présidente Ellen Johnson Sirleaf (2006-2018).

Des affrontements ont eu lieu entre des partisans du président et ceux de l’opposition. Samedi une candidate de l’opposition à l’élection législative partielle qui tenait réunion, dans la banlieue de la capitale Monrovia, a vu son bâtiment être encerclé par des partisans de George Weah.

A LIRE AUSSI : Idriss Déby: « s’il y a conflits entre Arabes et Ouaddaïens, (…) tuez 10 de chaque côté.Vous avez l’autorisation »

Pendant plus d’une heure, ceux –ci ont jeté des projectiles sur le bâtiment, brisé des fenêtres et détruit le véhicule de Tellia Urey. L’un des assaillants avait essayé de lui donner un coup de couteau, a expliqué Mme Urey lundi, dénonçant une tentative d’assassinat.

Les autorités ont qualifié lundi ces violences d’ « épouvantables » et promis des sanctions sévères.

A LIRE AUSSI : Idriss Déby: « Il faut des dispositions plus intelligentes face aux conflits intercommunautaires »

Élu sur un programme de lutte contre la pauvreté, George Weah est confronté depuis plusieurs mois à une opposition croissante en raison de la dégradation alarmante de la situation économique.

Personnalités liées avec l’article