« L’idée de faire payer les CNI par les partis politiques pour leurs militants est une idée du PDCI »

Doumbia Major s’étonne des propos de Guikahue car l’idée de faire payer les CNI par les partis politiques pour leurs militants est une idée du PDCI.

Guikahue dit que c’est le PDCI qui a fixé la caution à 20 millions et que même si cette caution est fixé à un milliard eux au PDCI sont prêts à payer.

Lors des débats, ils sont opposés au fait que les plus riches payent la CNI pour les plus pauvres, afin que tous les citoyens puissent obtenir la CNI gratuitement, au motif que le PDCI peut offrir la CNI à ses militants, en pensant ainsi exclure les petits partis qui n’auront pas de moyens pour offrir la CNI à leurs militants.

Je suis donc étonné que Guikahue parle de gratuité des CNI au Nord et payantes au SUD, car l’idée de faire payer les CNI par les partis politiques pour leurs militants est une idée du PDCI.
Ces propos en réalité rentrent dans la stratégie politique du PDCI et de Bédié qui a toujours été de vouloir diviser la Côte d’Ivoire entre Nord et SUD.

LIRE AUSSI: Soro ne sera jamais arrêté ! Le mandat d’arrêt émis contre lui a pour seul but de l’empêcher de rentrer en Côte d’Ivoire pour être candidat en 2020

Sinon Guikahue sait que le RDR à ses militants dans toutes les régions du pays, mais il tient ses propos volontairement dans un but de créer une division Nord Sud à laquelle ces nazis tropicaux rêvent depuis le temps de l’ivoirite. Ce sont des propos graves nauséabonds et malsains.

Mais venant de Guikahue qui s’inscrit dans la droite ligne de division tribale du pays que veut orchestrer Bédié dans le pays, avant sa mort cela ne m’étonne pas.

LIRE AUSSI: Venance Konan : « le FPI et le PDCI de Bédié comptent-ils sur un coup d’État de Soro pour revenir au pouvoir ? »

Nous avons affaire à une génération de politiciens du passé, des vieillards méchants qui n’ont jamais aimé le peuple et qui veulent créer le chaos dans le pays avant de mourir.
L’héritage qu’ils veulent laisser à la génération qui les suit, c’est la division ethnique et la guerre. Mais nous ne mangerons pas de ce plat.

Personnalités liées avec l’article