« Gbagbo de qui on dit qu’il est rusé a été trompé par Ouattara ! Même Hamed Bakayoko a été trahi » – Guillaume Soro

Dans une interview accordée à l'observateur Paalga, Soro, se prononce sur les relations du président Ouattara avec Gbagbo et ses ex-alliés.

 -Le casus belli entre vous et votre mentor, c'est qu'il ne voulait pas faire de vous son dauphin. A partir de quand avez-vous senti que le vent avait commencé à tourner en votre défaveur ? 

Non, cela serait réducteur. Il y a eu pire que sa trahison envers sa parole donnée me concernant. Le casus belli véritable est né quand j'ai constaté que Ouattara voulait soumettre tout le Peuple de Côte d'Ivoire à la servitude de sa seule personne et de sa gloire. C'est quand le projet de 3ème mandat inconstitutionnel et de présidence à vie de Ouattara s'est fait jour que j'ai compris qu'il faudrait le stopper. J'ai bien senti, à partir de sa réélection en 2015, que Ouattara voulait se passer de moi, que j'étais devenu pour lui un allié encombrant qu'il lui fallait détricoter, déplumer et affaiblir. Mais là où le différend s'est fait irréversible, c'est quand s'est mis à jouer au malin avec l'interprétation de la loi fondamentale de notre et avec le pluralisme politique si chèrement acquis par notre peuple lors de ses luttes précédentes. Il a voulu assassiner la république. 

LIRE AUSSI : Soro à Gbagbo : « Je me suis trompé sur la personnalité de monsieur Ouattara »

-Certains disent que c'est bien fait pour vous ce qui vous arrive et que nul ne peut se prévaloir de ses propres turpitudes parce que c'est vous qui avez pris les armes pour installer au pouvoir ? Nourrissez-vous quelques regrets  aujourd'hui ? 

Dire cela, c'est faire une réflexion à courte vue. Je n'ai pas pris les armes pour faire plaisir à Ouattara. Je me suis engagé dans ce combat aux côtés des forces de la communauté internationale pour le respect du droit et la défense de la vérité des urnes. Je me battais dans mon pays déjà en Côte d'Ivoire pour le pluralisme politique avant l'arrivée de M. Ouattara. Je ne regrette pas le combat contre l'injustice et l'exclusion, car il valait la peine d'être mené. En revanche, je regrette d'avoir soutenu Ouattara qui, au final, a dévoyé l'idéal de notre combat.

LIRE AUSSI : Affaire Ouattara : un proche de Soro demande pardon, « pardon de vous avoir imposé ce que vous subissez aujourd'hui »

Ce faisant, il nous a livrés à la moquerie publique. Que je sois indexé aujourd'hui est une chose, mais en réalité si Houphouët-Boigny n'avait pas fait venir Ouattara de en 1989, je ne l'aurais pas connu. Car monsieur Ouattara était inconnu au bataillon politique en Côte d'Ivoire avant ses 48 ans. Mais au fait, qui n'a pas été trompé par Ouattara en Côte d'Ivoire ?

LIRE AUSSI : Pascal Abinan reçoit le super prix international PADEL 2020

Ce monsieur a trompé et trahi le Président Houphouët, puisque des confidences aujourd'hui révélées indiquent qu'entre le « Vieux » et lui, il était convenu qu'il ne se mêlerait pas de succession politique. Il a trompé et trahi successivement dans le Front Républicain en 1994-1995 ! Rendez-vous en compte, que même le grand Gbagbo de qui on dit qu'il est rusé a été trompé par Ouattara ! Il a aussi trompé Henri Konan Bédié dans le cadre du et bien d'autres ! Il a trahi et trompé Mabri Toikeusse, , Daniel , , et même Coulibaly et , a qui il a promis de transmettre le pouvoir tout en les instrumentalisant. Je me demande donc qui peut doit se moquer de qui.

Written by Guillaume Soro

Député de Ferkessédougou en Côte d'Ivoire

« Ouattara a trompé et trahi Houphouët » – Guillaume Soro

Liban : six ressortissants égyptiens mis aux arrêts pour trafic de médicaments