Nathalie Yamb l’a payé cash ! « En Côte d’Ivoire, l’Etranger est Roi mais s’il touche au fétiche du village, il est vite rappelé à l’ordre »

commente ici l’expulsion d’Abidjan de , conseillère exécutive de , et arrivée ce 3 décembre à Zurich en Suisse.

Ton camarade a frappé. Il y a des limites à tout. Il y a une ligne rouge. Quand elle est franchie … Partout en Côte d’Ivoire, l’Etranger est Roi. Disons, l’Etrangère est Reine. Toujours reçue avec les honneurs et avec respect. Il me souvient, nos parents nous sortaient de nos chambres pour loger les personnes, venues d’ailleurs, de passage dans nos villages. Nous avons grandi avec cette tradition. Mais l’étranger qui touche au fétiche du village est vite rappelé à l’ordre. On lui montre très vite le chemin de son village.

LIRE AUSSI: « Soro dit NON au chantage exercé sur lui par le Président du RDR-RHDP »

Toute la journée ce lundi 2 décembre 2019, je suis resté en alerte. Pour comprendre les raisons de l’audition de l’activiste, la militante politique, la panafricaniste, par la police nationale. Elle a toujours été incisive. Sans quartier dans son expression et ses opinions. Mais là, le tourbillon de Katiola l’a emportée. Elle a fait une vilaine allusion entre la collision des hélicoptères à Katiola et le crash au Mali qui a fait 13 morts. Ne jamais jouer ou rire de la douleur des gens. Elle l’a payé cash.

LIRE AUSSI: « Bédié, le Bouddha de Daoukro, anti-dot du RHDP qui sait où frapper pour faire mal »

Nous nous battons pour la liberté d’expression. Nous resterons toujours vigilants. Mais nous ajoutons toujours, la liberté va de pair avec la responsabilité. Et la responsabilité, c’est faire l’effort d’écrire, de critiquer, de dénoncer avec véhémence même, mais en respectant la loi, en respectant les codes sociaux.

LIRE AUSSI: Toure Alpha Yaya: « Soro a abandonné le Hambol. Il se pavane en France sans programme »

Ton camarade est plein d’énergie. Il a une santé de fer … On va le soumettre au test du gôpô devant l’agence anti-dopage. Après le périple sous le cuisant soleil du Hambol, il est à Dakar … Sans transition. Il parle de la dette. Ah, il est dans son domaine. Comment trouver le juste équilibre entre le développement durable et la dette.

Aucun État ne peut vivre sans s’endetter. Mais dans quelles proportions faut-il le faire sans briser l’équilibre social, sans provoquer les mouvements sociaux et surtout hypothéquer l’avenir des générations futures ? Ne dit-on pas souvent en Afrique, les dirigeants sont riches, les États, pauvres ? Je te rendrai compte des conclusions de cette rencontre … À qui profite les dettes?

Personnalités liées avec l’article