Niger: 18 militaires tués au camp militaire d’Inates à Tillabéry

Au moins 18 soldats nigériens ont été tués dans une attaque terroriste le 1er juillet 2019, contre le camp militaire d’Inates à Tillabéry.

« Côté ennemi, plusieurs terroristes neutralisés, un camion détruit par les frappes aériennes et deux véhicules kamikazes détruits », a précisé la même source. Selon le ministère, « cette attaque a commencé avec l’explosion de deux véhicules kamikazes à l’entrée du camp, suivie de tirs des terroristes venus à motos ».

« La riposte avec l’appui aérien des partenaires a permis de mettre l’ennemi en déroute hors de nos frontières », a ajouté le communiqué, soulignant que « les opérations de ratissage se poursuivent ».

A LIRE AUSSI : Affaire «Taxis-motos Heetch à Abidjan » : selon le ministre Samou Diawara « l’entreprise a violé la mesure d’interdiction »

Cette attaque terroriste d’envergure contre le poste avancé d’Inates intervient après une opération des Forces armées nigériennes menée du 8 au 18 juin conjointement avec la force française Barkhane et le soutien des « partenaires américains » près de Tongo Tongo (ouest), non loin de la frontière avec le Mali, qui avait abouti à la mort de 18 terroristes et à l’arrestation de cinq autres, selon un communiqué officiel.

Elle intervient également à quelques jours de la tenue de la 33e Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA) prévue du 4 au 8 juillet prochain à Niamey, et au lendemain de la désignation par ses pairs du président nigérien Mahamadou Issoufou comme nouveau président en exercice de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

A LIRE AUSSI : Burkina Faso: 17 personnes tuées dans une attaque terroriste à Béleidé

Pour rappel, la partie nord du Mali abrite depuis près de six ans plusieurs groupes terroristes proches d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), d’Ansar Dine et d’autres mouvements islamistes, ainsi que des narcotrafiquants qui mènent des attaques meurtrières de part et d’autre de la frontière commune aux deux pays, longue de plus de 800 km.

Personnalités liées avec l’article