Orpailleurs clandestins à Bouna: du parc national de la Comoé à la prison

La prison, voilà le sort réservé par les autorités judiciaires de aux orpailleurs clandestins. Trois d’entre eux viennent d’être écroués.

Iringo Brahima, 41 ans, Mohamed Aboubacar, 26 ans, et Gnan Harouna, 31 ans, ont été condamnés mercredi par la section de tribunal de Bouna à 12 mois de prison ferme pour introduction frauduleuse dans le parc national de la Comoé et travaux d’orpaillage dans cette aire protégée.

Ces individus qui séjournaient une semaine durant dans le parc ont été surpris par une patrouille des commandos de l’office ivoirien des parcs et réserves (OIPR). Cette équipe de forestiers les a surpris dans une fausse qu’ils creusaient.

A LIRE AUSSI: Constructions anarchiques: Voici comment la Côte d’Ivoire compte y mettre fin

A la barre ces orpailleurs ont plaidé en vain auprès des magistrats pour l’obtention d’une peine allégée d’un mois de prison. Ils ont été sommés de payer individuellement une amende d’un million de franc CFA en plus de leur condamnation.

Rappelons qu’au début du mois de juin 2019, le Président avait dénoncé le phénomène de l’, la distribution frauduleuse de la nationalité ivoirienne aux étrangers et l’épineuse question foncière en Côte d’Ivoire.