« Ouattara a jeté le masque, il ne partira pas »

dans le Hambol: « je serai candidat si… » Le jeu de poker de 2020 en Côte d’Ivoire a commencé. Le décryptage de Fernand Dédeh avec YECLO.

Le père fondateur ne voulait pas quitter le pouvoir pour « les jeunes ». Ton camarade ne veut pas partir « pour l’intérêt de la nation ». Les politiciens africains, ici ou ailleurs, trouvent toujours des raisons pour ne pas quitter le pouvoir, aller se reposer et devenir les garants moraux de la Démocratie, de la gestion de la chose publique

C’est surtout l’Afrique francophone qui offre ce spectacle. Les Anglophones, réussissent à passer le témoin et créer des clubs des anciens présidents, adulés et respectés, consultés pour le futur et l’équilibre de la nation.

Bref! Ton camarade a jeté le masque. Il ne partira pas si les « gens de sa génération ne partent pas. ». Et les « gens de sa génération » sont connus sur la place politique. Il n’a pas voulu citer ses contemporains mais point n’est besoin de sortir de Polytechnique pour le savoir…

LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire: Simone met fin à l’idée de « Gbagbo ou rien » ?

Disons les choses comme elles sont. Ton camarade a ouvert la voie pour que les gens de sa génération ne partent… jamais. C’est bien lui qui a fait sauter le verrou de la limitation de l’âge pour les candidats à la présidence dans la constitution. Quel était le but du jeu? Un député a même dit le jour de l’examen du projet de texte de loi, en 2016 « un vieux croulant, malade, incapable de se déplacer, peut donc être candidat et s’il est élu, diriger la Côte d’Ivoire… ». Le Commissaire du gouvernement, ce jour là, a rejeté tous les amendements des députés!

LIRE AUSSI: Ouattara, 3e mandat : à qui va profiter le crime ?

Le piège était cousu de fil blanc. Dans les milieux politiques et les salons feutrés d’Abidjan, tout le monde savait, mais pour une fois, les observateurs et analystes avaient bien voulu se tromper… Tous, nous avons été floués par les experts et universitaires, rédacteurs du texte. Ils ont seriné que l’actuel président, au terme de ses deux mandats de cinq ans chacun, ne pouvait plus se présenter de nouveau. Au regard de la nouvelle constitution. Tout le monde a mordu à l’hameçon. Et ton camarade lui-même n’a jamais rien fait pour que l’opinion pense le contraire. Il a constamment marqué sa volonté de passer la main. « Je travaille depuis plus d’un demi-siècle… », a-t-il souvent répété. « Les trois pieds » du foyer du Golf ont validé la constitution à l’époque de l’amour fusionnel…

LIRE AUSSI: Guillaume Soro donne cours aux étudiants des HEIP de Paris

Après sa sortie au stade Thomas d’Aquin de Katiola, ce samedi 30 novembre 2019, au terme de sa visite dans le Hambol, il met tout le monde au pied du mur. La loi fondamentale ne devrait pas s’interpréter. Elle doit être tout simplement, appliquée. Strictement. La nôtre s’interprète au gré des intérêts et du positionnement du moment… Sources de conflits.

Il n’y a pas que « les gens de sa génération » qui donnent des insomnies à ton camarade. Dans son propre camp, les velléités sont fortes. Il est la soupape de sécurité à même de contenir les ambitions des uns et des autres. Partir, c’est exposer son groupement au syndrome des partis d’opposition, l’affaiblissement, la division, les clans…

Personnalités liées avec l’article