Quand Gon préfère Maria Mobil aux trois meilleures élèves du Poro

La réception d’Ariel Sheny et Maria Mobil par Amadou a indigné Andrée Jocelyne Douarou. Voici sa lettre au Premier ministre ivoirien.

A monsieur Amadou Gon Coulibaly, Premier Ministre de Côte d’Ivoire

Monsieur le Premier Ministre, Gon Coulibaly, c’est un honneur pour moi, une citoyenne de ce pays, de vous dédier cette épître. Si le jeu ou la mise en œuvre de notre démocratie me le permet par le biais de la Liberté d’Expression dont nous jouissons tous, il n’en demeure pas moins que c’est un courage historique dont je fais preuve dans cette lettre ouverte vu la haute autorité que vous incarnez.

En effet, monsieur le Premier Ministre, Je voudrais prendre mes responsabilités en tant que citoyenne mais surtout Présidente de la et Commissaire Générale des Oscars de la Décence pour vous exprimer mon cri de cœur et mon indignation devant le péril qui nous guette tous.

Monsieur le Premier Ministre, la Fondation Leadership Féminin que je dirige, lutte pour la réhabilitation de l’image de la femme tout en promouvant le leadership féminin. La Fondation s’est donc dotée de certains instruments comme Les Oscars de la Décence. C’est un évènement qui fait la promotion de la Décence et l’excellence en milieu scolaire par des sensibilisations dans les lycées et collèges de la sous-région car nous pensons que la fille qui est la femme de demain doit-être nourrie aux valeurs de la décence, des bonnes mœurs et de l’excellence pour l’avènement d’une société meilleure.

LIRE AUSSI: Kandia Camara et Touré Alpha Yaya enterrent la hache de guerre

A cet effet, nous parcourons chaque année tout le territoire ivoirien et même au-delà pour sensibiliser, dans les lycées et collèges nos jeunes filles à qui nous octroyons (pour les meilleures) même des bourses d’études pour l’étranger. Mais je voudrais vous informer que ces activités ne bénéficient d’aucun soutien ou subvention d’aucun ministère depuis toutes ces années. Nos courriers n’ont jamais eu de suite. Surtout vos services. Oui ! Aucun service de la Primature ne nous a jamais donné de suite.

Qu’à cela ne tienne ! Mais je ne peux pas taire aujourd’hui mon indignation devant votre don de 20 millions à l’artiste . Je ne suis pas contre ce don. La culture est essentielle pour tout pays qui veut aller de l’avant. Mais je suis indignée pour l’environnement de mœurs légères dans lequel ce don tombe. Aussi, je voudrais souligner que la lutte contre la dépravation est tout aussi importante.

LIRE AUSSI: Saïd: « face à une opposition divisée et affaiblie par des querelles, en 2020 la victoire du RHDP est claire »

Je suis offusquée pour le fait que nous les femmes de la fondation avions plusieurs fois sollicité en vain votre soutien pour :
1- Nos campagnes de sensibilisation dans les lycées et collèges de Côte d’Ivoire et nos courriers sont restez sans suite. Est-ce à dire que la lutte contre la dépravation des mœurs en Cote d’Ivoire ne vous intéresse pas ? Nos filles qui se livrent à la tontine sexuelle et la prostitution juvénile ne font-elles pas partie des priorités du gouvernement ?
Je refuse de croire monsieur le Premier Ministre que ce sont les actions qui visent à pervertir notre jeunesse (C’est quoi cette histoire de concert Ariel Sheney où la jeune fille est dénudée) qui touche votre sensibilité pour que vous décaissiez 20 millions.
2- Pour la deuxième édition des Oscars de la Décence nous vous avons sollicité via la mairie de Korhogo et la Primature parce que nous nous sommes battus pour donner des bourses d’études aux trois meilleures élèves de la région du qui sont sorties comme majors de leur promotion au Maroc et en Tunisie ce sont :
– Traoré Fatoumata
– Ouattara Metongo Carole
– Dagnogo Alima

LIRE AUSSI: « Bédié se dit Houphouëtiste et coalise avec les opposants d’Houphouët pour combattre ses vrais héritiers »

Ces jeunes filles font la fierté de la Cote d’Ivoire et la région du Poro. Pourtant, et je vous le confie aujourd’hui, pour le départ de ces jeunes filles au Maroc et en Tunisie, j’ai pleuré. Oui, j’ai pleuré comme une mère impuissante face à l’impassibilité voire même la dureté de vos collaborateurs. Les parents avaient alors bradé leurs récoltes d’anacarde et même se sont endettés pour certains pour les études de leurs filles. Le billet d’avion, pourtant, ne coûtait, que 480 000 frs CFA.

Monsieur le Premier Ministre, vous savez très bien que la grandeur d’un homme réside dans ses actes. Vous avez grand cœur, me suis-je laissé dire, vos filles ont besoin de vous pour continuer leurs études à l’étranger. Nous femmes de la Fondation Leadership Féminin avons besoin de vous pour freiner la dépravation et l’effritement des mœurs qui a atteint son paroxysme dans notre beau pays…

Si cette jeunesse a encore de la valeur pour vous, je voudrais du fond du cœur vous inviter à réagir monsieur le Premier Ministre…

Personnalités liées avec l’article