Recomposition CEI: Affi N’guessan appelle à la reprise des négociations

, président du FPI s’est prononcé, le jeudi 4 juillet 2019, sur la recomposition de la , adoptée en conseil des ministres, le 3 juillet 2019.

Selon le président du FPI, la CEI doit répondre aux standards internationaux, afin de rassurer tous les Ivoiriens : « La CEI devrait être un arbitre en qui tous les acteurs ont confiance (…) C’est justement parce que ce n’est pas la CEI qui vote qu’il faut qu’elle soit neutre, impartiale et indépendante. Est-ce que cette CEI est équilibrée ? Est-ce qu’elle garantit l’impartialité du processus électoral ? Est-ce qu’elle répond aux standards internationaux ? Ce sont ces questions qui sont posées au gouvernement et à l’ensemble des acteurs nationaux. Lorsqu’on accorde 7 représentants à la majorité présidentielle sur 15, est-ce un signe d’équilibre ?

« Le temps des négociations n’est pas terminé »

A LIRE AUSSI : Mamadou Koulibaly et Billon en Russie: coulisses d’un voyage au pays de Poutine

Lorsque le texte de loi sur la CEI ne lui donne pas des attributions pour qu’elle se soustraie de l’influence du gouvernement, qu’elle ne soit pas sous la tutelle du gouvernement par rapport aux décisions qu’elle prend, est-ce un signe d’indépendance vis-à-vis du gouvernement ? Quand les décisions de la CEI peuvent parfois être modifiées par le gouvernement, comme c’était le cas lors du référendum constitutionnel, est-ce un signe d’indépendance de la CEI ?

Affi N’guessan sur la recomposition de la CEI

Voilà un certain nombre de situations qu’il faut que nous réglions à l’occasion de ces négociations, de manière à ce que la CEI réponde aux standards internationaux (…) Il nous appartient d’identifier toutes les questions qui doivent être réglées pour que nous ayons confiance en notre CEI (…) Le temps des négociations n’est pas terminé (…) Peut-être que le gouvernement veut rompre, de façon unilatérale les négociations, abandonner la procédure, mais les négociations ne sont pas terminées. Elles ne sont qu’à leur début, puisqu’elles n’ont consisté qu’à enregistrer les propositions des 11 organisations participant aux négociations. Il faut maintenant passer à la phase de la synthèse et du consensus sur la synthèse, ensuite aux autres questions sur lesquelles nous avons aussi des propositions ».