Réforme de la CEI : Le rétropédalage de Sidi Touré confirme que Gon et Ouattara n’avaient pas lu l’arrêt de la Cour africaine

Alassane-Ouattara-à-lAG-constitutive-du-RHDP-unifié

Le ministre porte-parole du gouvernement Sidi Touré a confirmé, à l’issue du conseil des ministres du mercredi 20 mars 2019, que la réforme de la pourrait désormais se faire conformément « aux recommandations de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples ». Un rétropédalage rendu possible, après qu’ a rendu public le fameux arrêt qui n’avait rien à voir avec la « recomposition de la  », dont parlait le président et le premier ministre .

our ce qui concerne la réforme de la Cei, je voudrais faire cette précision. Je voudrais   donc relever que des discussions sont en cours avec la société civile, les partis de l’opposition et le gouvernement actuellement.

L’objectif en la matière, selon l’orientation prise par le gouvernement, c’est d’aboutir à une Cei qui est conforme aux recommandations de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples.

A lire aussi : Côte d’Ivoire : « La CEI doit être dirigée par des gens reconnus pour leur intégrité morale » (APDH)

Le dialogue se poursuit et donnera lieu à d’autres rencontres. Cela sera l’occasion pour toutes les parties prenantes qui sont concernées par le débat de  défendre leur vision. Et  la position du gouvernement, à cet effet est claire.

Cependant, en dépit des différentes interprétations, il est bon que les uns et les autres utilisent le bon ton et aient un peu de retenue afin que les échanges à venir soient constructifs et qu’on aboutisse rapidement à la mise en place d’une Cei qui est acceptée de tous nos concitoyens, mais surtout qui soit aussi opérationnelle que l’est la CEI actuelle, que nous plébiscitons d’ailleurs.

Elvire Ahonon