Remis Dandjinou: « les médias au Burkina doivent éviter de jouer le jeu des terroristes »

Remis Dandjinou, ministre de la Communication, a décalé le 20 octobre 2019 que « les médias au Burkina doivent éviter de jouer le jeu des terroristes ».

Remis Dandjinou s’exprimait au Burkina dans une déclaration à l’occasion de la commémoration de la 21è Journée mondiale sur la liberté de la presse cette année sous le thème « comment consolider la liberté de presse face à la menace terroriste ».

« Nous devons admettre également que les médias doivent éviter, d’une part, de jouer le jeu des terroristes par une course effrénée à l’information et aux images sensationnalistes, et d’autre part, d’affecter les efforts consentis par les forces de défense et sécurité et la résilience des populations qui font constamment et vaillamment face aux forces du mal », a-t-il souligné.

LIRE AUSSI: Burkina Faso: une nouvelle attaque fait 6 morts dans le village de Kanrgo

Remis Dandjinou a reconnu que l’adoption par l’Assemblée nationale du Burkina, le 21 juin dernier d’un nouveau code pénal a soulevé un tollé de la part des organisations professionnelles des médias au Burkina, qui l’ont jugé liberticide, en ce qu’il empêcherait le travail des journalistes.  » Mais, pour le gouvernement qui promeut la liberté d’expression et d’informer, il ne s’agit nullement d’une entrave au travail des médias », a-t-il insisté.

LIRE AUSSI: Liberté de la presse au Mozambique: Le Pape appelé au secours

Pour Remis Dandjinou, « il est évident que la lutte contre le terrorisme doit être l’affaire de tous, sans exception, afin de promouvoir l’intégrité, l’unité, la cohésion sociale, le dialogue inter religieux et la tolérance religieuse au  ».

Personnalités liées avec l’article