Représentant des baoulés à Béoumi: « les élections municipales et régionales de l’an passé ont gravement détérioré la paix sociale »

Trois ministres ivoiriens ont effectué une mission de médiation ce samedi 18 mai 2019 à Béoumi pour tenter de ramener la paix entre Malinké et Baoulé.

Trois membres du gouvernement ivoirien pour une mission de médiation à Béoumi. Sidi Touré, Amadou Koné et Jean-Claude Kouassi étaient au chevet des populations des Béoumi, ce samedi 18 mai 2019.

Apaiser les tensions après les affrontements

Les ministres ivoiriens de la Communication et des Médias, des Transports et des Mines et de la Géologie sont venus servir de médiateurs entre les populations autochtones et allogènes de Béoumi. Objectif: apaiser les tensions après les affrontements inter-communautaires qui ont fait 9 morts dans cette localité depuis le 15 mai 2019.

LIRE AUSSI: Béoumi: Sidi Touré ne sait « quoi dire » face au « désastre » des affrontements

Ces émissaires du gouvernement ont rencontré séparément les deux camps en conflit à la résidence du préfet du département de 14 heures à 18 heures. D’abord les malinkés de 14 heures à 16 heures, puis les baoulés de 16 heures à 18 heures.

« Pardonner tout ce qui a été fait de mal »


Le porte-parole de la communauté malinké à Béoumi

Le porte-parole de la communauté malinké, Touré Siaka, a demandé aux siens de « pardonner tout ce qui a été fait de mal » durant ces jours de tensions.

Baoulés et malinkés ensemble à Béoumi depuis 1902

« Pendant les affrontements, des baoulés ont fui pour aller au quartier malinké, et des malinkés se sont aussi cachés chez des baoulés », a-t-il laissé remarquer, en présence des ministres, invitant toute la communauté malinké à « s’inscrire dans le processus de réconciliation qui est enclenché ».

LIRE AUSSI: Affrontements à Béoumi : le bilan s’alourdit

Quant au représentant de la communauté baoulé, Nanan Yobouet Kouamé, chef du village de Diacohou, il a appelé à la cohésion qui a toujours existé entre les baoulés et malinkés depuis 1902 que ces deux peuples ont commencé à vivre ensemble à Béoumi.

« Malheureusement, a-t-il ajouté, les élections municipales et régionales de l’an passé ont gravement détérioré la paix sociale ».

Il a déploré l’ampleur de cette crise, et appelé tout le peuple baoulé à « revivre ensemble avec les malinkés comme auparavant », signalant « brassage ethnique » qui existe entre les deux communautés.

« Les élections municipales et régionales de l’an passé ont gravement détérioré la paix sociale »


Le représentant de la communauté baoulé à Béoumi

Le ministre Sidi Touré, initiateur de ces rencontres, et ses collègues Jean-Claude Kouassi et Amadou Koné, ont encouragé chacun des camps pour les dispositions à faire la paix, et à « ne pas détruire cette harmonie qui existent depuis belle lurette » entre eux.

LIRE AUSSI: Affrontements à Béoumi : l’EDS, mouvement pro-Gbagbo, appelle le gouvernement à ses responsabilités

Ces affrontements intercommunautaires, partis d’une altercation entre deux conducteurs de moto-taxis appartenant chacun à l’une des deux communautés en conflit, ont également fait 94 blessés, et d’importants dégâts matériels dont des commerces et domiciles incendiés.

Personnalités liées avec l’article