Steve Beko à Tiken Jah : « Comment peut-on dire que Gbagbo est un dictateur et vouloir lui confier une mission de paix ? »

La Chambre de première instance I de la Cour pénale internationale a acquitté Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé de toutes les charges de crimes contre l'humanité prétendument perpétrés en Côte d’Ivoire en 2010 et 2011.

L’activiste ivoirien répond à qui « souhaite que se retire de la vie politique ivoirienne ».

Interrogé sur la question du président Laurent Gbagbo cette semaine, l’ex artiste engagé Tiken Jah Fakoly reconverti en cultivateur de salade au Mali s’est senti obligé d’indiquer à ce dernier ce qu’il devait faire de sa vie politique.


« Je souhaite que Gbagbo Laurent se retire de la vie politique ivoirienne »

Tiken Jah Fakoly

« Je souhaite que Gbagbo Laurent se retire de la vie politique ivoirienne. Je le vois plus comme un diplomate parlant de paix et de réconciliation dans son pays et à travers le monde » dira-t-il après avoir affirmé « Nous avons tous salué son acquittement, lui et Charles Blé Goudé par la . Je souhaite qu’il rentre en Côte d’Ivoire et qu’il contribue à la paix et la réconciliation entre les Ivoiriens. Car, Gbagbo Laurent est une personne importante dans ce processus. »

Steve Beko attristé que Tiken prenne des distances avec la vérité.

Cette sortie médiatique soulève deux questions qui me semblent essentielles. Mais bien avant, il me faut préciser que je ne dénie pas à Tiken Jah le droit de donner son avis sur Laurent Gbagbo comme tout Ivoirien. Cependant je suis attristé qu’il prenne des distances avec la vérité.

Tout d’abord, Tiken Jah n’a jamais souhaité la libération du président Gbagbo. Il s’est toujours comporté comme le militant du qui a jugé le président avant la fin de son procès. Il était tellement convaincu de la culpabilité de celui qu’il présentait comme un dictateur qu’il a plusieurs affirmé ne pas souhaiter sa libération.

A lire aussi : Tiken Jah à propos du parti unifié RHDP : « C’est un mariage forcé qui aura des répercussions sur la paix »

« Je ne milite pas pour la libération de Laurent Gbagbo . Je le connais (…) Je fais partie de ceux qui lui ont dit « monsieur le président, laissez tomber », il n’a pas écouté. Quand vous parlez à une personne qui ne vous écoute pas, vous ne pouvez pas aller réclamer une part de son salaire quand elle est payée. Il n’a pas su s’arrêter et aujourd’hui il paye la note. » affirmait-il le 20 mars 2018

Tiken s’est-il vraiment réjoui de la libération de Gbagbo ?

Comment donc avec de tels propos, peut-il prétendre s’être réjouit de la libération du président Gbagbo ? Pourquoi tenter désespéramment de tronquer l’histoire ? Parce qu’un rasta se doit d’être honnête, l’artiste devrait reconnaître s’être lourdement trompé comme il a trompé tous ceux qui accordent un peu de crédit à ses propos.

Pendant des années, nous avons clamé que le président Gbagbo était un maillon important de la réconciliation en Côte d’Ivoire qu’il fallait le libérer et lui permettre de rentrer dans son pays aider à panser les blessures. Tiken Jah faisait partie de nos contradicteurs qui racontaient partout que la Côte d’Ivoire peut se passer de Gbagbo. S’il s’est trompé, qu’il le reconnaisse ouvertement au lieu de louvoyer. Sinon, comment peut-on prétendre que Gbagbo est un dictateur et dans le même temps vouloir lui confier une mission de paix internationale ? Cela n’a aucun sens.

Si le président Gbagbo veut rester en politique, c’est une décision qui lui appartient. A lui et à lui seul. Le droit de certains ivoiriens est de ne pas lui accorder leurs suffrages mais on ne peut le contraindre à se retirer de la politique surtout quand on a soutenu une constitution qui supprime la limitation d’âge.

Personnalités liées avec l’article