Tabaski 2019 Côte d’Ivoire: tous les moutons n’ont pas le même prix

A l’approche de la Côte d’Ivoire, les prix des moutons semblent être à la portée de toutes les bourses le constat a été fait le 5 août 2019.

A l’issue d’une tournée qui a également permis de s’enquérir des prix des bêtes jugés à la portée de toutes les bourses. Une cinquantaine de vendeurs, assis sous des appatams, les bovins attachés aux alentours, discutent des prix avec les éventuels acheteurs qui se présentent.

« Il y a suffisamment de moutons pour la population », déclare leur responsable, Sangaré Mamadou, soulignant que la traite est en deçà de leurs espérances. « Pour nous les vendeurs, ça ne marche pas trop », a-t-il laissé entendre avant d’aller poursuivre le marchandage avec un potentiel acquéreur.

A LIRE AUSSI : Rapport de la Banque mondiale: « l’Etat de Côte d’Ivoire n’arrive pas à augmenter ses recettes fiscales »

Cet état de fait est la résultante de l’arrivage, ces jours-ci, de plusieurs véhicules en provenance de la Guinée voisine et de campements environnants où des populations, surtout burkinabè, pratiquent un élevage de type familial pour approvisionner le marché.

A LIRE AUSSI : La suspension de la vente du cacao par la Côte d’Ivoire et le Ghana sera un échec selon Justin Katinan

« On ne se plaint pas trop parce ce que les prix sont un peu abordables par rapport à l’année passée », a confié Bakayoko Memassa, un client qui venait d’acheter l’un des ovins dont les prix oscillent entre 50 000 et 350 000 francs CFA.

La Tabaski ou Aïd-el-Kebir est l’une des plus importantes fêtes de la communauté musulmane qui commémore la soumission d’Abraham à Dieu.

Personnalités liées avec l’article