Une maladie non identifiée à Dianra: Aka Aouélé mobilise ses équipes

Le Ministère de la Santé a été informé de l’existence d’une maladie non encore identifiée qui serait à l’origine de plusieurs décès à département de .

Les premières informations sur la maladie posent le diagnostic suivant : les signes cliniques présentés par les patients sont :

1- Des œdèmes au niveau du visage et des membres inférieurs

2- Une constipation

3- Des douleurs thoraciques (douleurs au niveau de la poitrine)

4- Des ballonnements abdominaux

5- Une fatigue générale

6- Des vomissements.

Il faut noter que, dans la période de juillet à août 2019, 28 cas de décès ont été enregistrés à Yérétièlé créant ainsi une psychose au sein de la communauté.

A LIRE AUSSI : Héritage Arafat: Voici les héritiers selon la Sacem

Après les investigations menées par la Direction Départementale de la Santé de Mankono, cela a permis de faire ressortir 9 cas de décès présentant le tableau clinique de cette maladie non encore identifiée. Cependant, le Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique tient à porter à la connaissance de la population ivoirienne que depuis juillet 2019, aucun autre cas de décès n’a été notifié.

En outre, la mobilisation des équipes médicales de recherche au sein de la communauté a permis d’identifier quatre (4) personnes présentant depuis deux à trois semaines les signes de cette maladie.

A LIRE AUSSI : Cancer : pourquoi nous ne sommes pas égaux face à la maladie

Le Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique invite les populations en générale et celle de Yérétièlé en particulier au calme et à la sérénité. Par ailleurs, il est recommandé à toute personne présentant l’un des signes sus-cités à se rendre immédiatement dans le centre de santé le plus proche.

Le Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique appelle la population à éviter l’automédication.

A LIRE AUSSI : La fistule obstétricale, cette maladie qui tue les Ivoiriennes

Le Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique tient à rassurer les populations qu’une équipe de l’INHP (en plus des cliniciens et de laborantins), est mobilisée pour identifier cette maladie afin d’y apporter une riposte appropriée.

Personnalités liées avec l’article