Absence du Pavillon africain au Salon du livre de Paris : Maurice Bandaman reconnait le détournement mais n’annonce aucune sanction

Lors de l'édition 2018, du Salon du livre de Paris
Lors de l'édition 2018, du Salon du livre de Paris

Lundi, révélait que l’Afrique était officiellement absente au , pour cause de malversations (ou de détournement) de sa part de cotisation. Le ministre ivoirien a aussitôt réagi dans la soirée. Tout en reconnaissant qu’il a eu détournement, il explique que cela n’est pas du fait de la Côte d’Ivoire. De même, alors qu’il reconnaît lui-même le leadership de son pays, il n’a annoncé aucune enquête, encore moins enquête, pour déterminer la cause et les auteurs du détournement. Ci-dessous, sa mise au point.

Le Pavillon des Lettres d’Afrique, stand fédérateur des pays africains au Salon du livre de Paris, n’a pas ouvert ses portes cette année. Après les éditions de 2017 et 2018 qui ont connu de vifs succès et souligné son importance majeure dans l’écosystème dudit Salon, cette absence a été vécue avec désolation par de nombreux professionnels du secteur.

Il ressort de l’examen de ce dossier que l’ (ACA), administratrice du Pavillon, a laissé une dette qui a contraint les organisateurs du Salon du livre de Paris à ne pas autoriser son ouverture. A cela s’ajoutaient les importants frais d’organisation de l’édition 2019.

A lire aussi : Prétendu audit du Burida : Le ministre Bandaman a-t-il vraiment dit la vérité ? (Communiqué)

La dette contractée est due, manifestement, à une faiblesse de management et de gestion, ainsi qu’à la dispersion de l’Agence Culturelle Africaine (ACA) dans diverses autres activités culturelles budgétivores.
Assurant le leadership politique en sa qualité de chef de file du Pavillon des Lettres d’Afrique, la Côte d’Ivoire a honoré tous ses engagements financiers, dans les délais.

Il en est de même des sponsors et des pays africains inscrits au Pavillon, au regard des informations dont dispose le Ministère de la Culture et de la Francophonie. Tous les médias internationaux ayant accédé au dossier ont su situer les responsabilités. Ils ont tous dédouané la Côte d’Ivoire.

Ils ont aussi salué, avec les meilleurs mots, son engagement dans la création du Pavillon des Lettres d’Afrique qui a été l’un des temps forts de Livre Paris, c’est-à-dire une admirable vitrine internationale au service du livre, des éditeurs, des écrivains africains et de ses diasporas.

Fort du dynamisme de son industrie du livre et de sa volonté de servir l’Afrique, la Côte d’Ivoire répondra toujours présente aux rendez-vous permettant d’intégrer de nouvelles énergies dans la vie du livre africain.

Le Service de la Communication
du Ministère de la Culture et de la Francophonie
de Côte d’Ivoire

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici