Prétendu audit du Burida : Le ministre Bandaman a-t-il vraiment dit la vérité ? (Communiqué)

Dans un courrier adressé au président de la République Alassane Ouattara, au vice-président Daniel Kablan Duncan et au premier ministre Amadou Gon Coulibaly, l’assemblée générale des artistes du Bureau ivoirien des droits d’auteurs () remet publiquement en cause l’annonce de l’audit de cette structure, par l’Inspection générale d’Etat (IGE), telle que faite par le ministre de la Culture, .

Les artistes de Côte d’Ivoire viennent par ce communiqué attirer votre attention sur une information qui n’est pas vraie.

En effet dans un communiqué diffusé sur la première chaîne de la télévision nationale le Mercredi 24 Septembre 2018 au journal de 20h00, de 23h00 et le Jeudi 25 Septembre 2018 au journal de 13h00, le Ministre de la Culture et de la Francophonie Monsieur Maurice Kouakou Bandaman a fait croire, que face à la crise que connaît le Burida, un audit conduit par l’un des plus grands cabinets internationaux d’audits implanté dans notre pays est en cours, et commandité par l’Inspection Générale d’Etat.

A lire aussi. Burida : La gestion de la DG irène Vieira enfin auditée sur pression des artistes, le ministre Bandaman vole à son secours

En réalité c’est plutôt une enquête menée par l’Inspection du Ministère de la Culture et de la Francophonie qui a été mise en place par le ministre lui-même, ce auquel s’opposent les artistes que nous sommes. Car il est avéré que le Ministère de la Culture et de la Francophonie est partie prenante dans la crise que traverse le Burida.

Un tel audit devrait d’une part être effectivement commandité par l’Inspection Général d’Etat que nous avons saisi le 27 Aout 2018, et d’autre part exécuté par un cabinet d’audit neutre à la crise où l’Inspection Générale d’Etat elle-même.

Nous avons tenu à apporter cette information pour ne pas que son Excellence Monsieur le Président de la République et son gouvernement qui ont déjà été induit en erreur dans la procédure de désignation de Madame Irène Assah Vieira au poste de DG du Burida, ne le soit à nouveau.

Contrairement à ce que le communiqué du ministère veut faire croire ceci est une déclaration de l’Assemblée générale, l’organe suprême du Burida et non d’un collectif pour ou contre qui que ce soit.

Pour ceux qui prétendent que la gestion de Madame Viera ne souffre d’aucune contestation, les artistes de Côte d’Ivoire ont fait une remise de dette de 4 milliards cinq cent millions de FCFA à l’Assemblée Générale de 2016 pour que les comptes du Burida soient crédibles.

Fait à Abidjan le 26 Octobre 2018

L’Assemblée Générale du Burida

Kajeem après sa démission : « Le Burida vit une situation ubuesque »