Affaire Kemi Seba : Une journaliste ivoirienne convoquée à la police

Kemi Seba expulsé de la Côte d'Ivoire le mercredi 26 mars 2019

L’affaire Kemi Seba à Abidjan continue de faire couler beaucoup d’encre et de salive. Nesmon Delaure, la journaliste qui avait rendez-vous pour une interview avec le panafricaniste mardi 26 mars 2019 sera entendue ce matin du vendredi 5 avril 2019.

« Je suis convoquée pour enquête au service des enquêtes générales demain vendredi à 10 h, à la préfecture de Police d’Abidjan. J’ignore les raisons de cette convocation. J’irai répondre en citoyenne libre et je rentrerai chez moi en citoyenne libre pour continuer à vaquer à mes occupations », explique-t-elle sur sa page Facebook.

Delaure Nesmon avait signifié avoir été contactée par une autorité policière à quelques heures d’une interview prévue avec le panafricaniste lors de son séjour abidjanais.

A lire aussi : Interview de Kemi Seba avant son expulsion : « Voici pourquoi j’ai créé mon parti politique au Bénin »

Cet entretien selon elle avait été sollicité par sa hiérarchie et, elle était la journaliste chargée de le réaliser. «J’ai été contactée par une autorité policière. Elle voulait savoir qui avait invité Kemi Seba à Abidjan. Je lui ai répondu que je n’en savais rien. L’autorité m’a alors expliqué qu’elle détenait des renseignements selon lesquelles j’étais la personne qui avait invité Kemi Seba à Abidjan », nous a -elle confié ce jour-là.

La suite on la connait, l’interview avortée et Kemi Seba fut expulsé de la Côte d’Ivoire vers le Bénin pour risque de troubles à l’ordre public. Son proche collaborateur placé en garde à vue, sera libéré plus tard dans la soirée. Rappelons que la loi sur la presse en Côte d’Ivoire du 27 décembre 2017 proscrit la garde à vue.

La nouvelle a aussitôt fait réagir André Silver Konan qui dénonce un harcèlement insupportable à l’endroit de la journaliste. « Non seulement ce n’est pas un crime d’inviter Kemi, mais De Laure ne l’a pas fait et c’était évident, puisqu’elle a obtenu son interview trois jours après l’arrivée de l’activiste, mieux, le dimanche 25 et le lundi 26 mars, plusieurs médias avaient déjà annoncé cette arrivée. Pourquoi cette fixation sur De Laure Nesmon ? », s’est-il interrogé.

« Au demeurant, a-t-il dénoncé, cette affaire me porte à douter sérieusement des méthodes d’investigation de notre brillante police nationale, surtout de notre service de renseignement. Sérieusement, c’est comme ça que vous collectez les informations sur les individus ? Cela rappelle la convocation de Pulchérie Gballet, par les services de renseignement. Convoquer une personne pour qu’elle donne elle-même des informations sur elle-même ? Où apprend-on ce genre de méthode d’investigation ? Même un journaliste d’investigation stagiaire n’oserait pas essayer une telle méthode.
Pour savoir qui a invité Kemi, il suffit de se rendre sur la page officielle du concerné, d’ailleurs très prolixe et qui a traversé l’aéroport, dormi à l’hôtel durant 4 jours avant d’être expulsé. Il a annoncé tout son programme, il a fait des live avec des gens. Pourquoi cette fixation sur la journaliste qui, en définitive, n’a pas fait cette interview ? Et enfin cette question : est-ce un crime d’inviter Kemi Seba ? »

Roxane Ouattara

Personnalités liées avec l’article