Affi N’Guessan, la fin de l’alliance avec Ouattara ?

Pascal Affi N'Guessan et le président Ouattara
Pascal Affi N'Guessan et le président Ouattara © Crédit photo Sercom Présidence ivoirienne

Le 24 novembre 2023, le leader du FPI, allié au parti au pouvoir le RHDP, Affi N'Guessan, a martelé que la réconciliation en Côte d'Ivoire a été « bâclée ».

Une déclaration faite lors de l'ouverture du 2e Congrès ordinaire du Cojep, à Yopougon.

La réconciliation nationale « ne sera pas achevée tant que le président et Charles , n'auront pas retrouvé la plénitude de leurs droits civiques et politiques », a affirmé le président du FPI, Affi Nguessan, lors d'une allocution.

Pour lui, accusés de crimes contre l'humanité suite aux violences perpétrées lors de la crise post-électorale ivoirienne de 2010-2011, M. Gbagbo et Blé Goudé ont été « innocentés » par la Cour pénale internationale (CPI), de ce fait, ils devraient jouir de tous leurs droits.

Affi N'Guessan estime qu'au nom de la réconciliation, l'ancien président Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, son co-accusé, chef du Congrès panafricain pour la justice et l'égalité des peuples (Cojep, opposition) doivent « redevenir des citoyens ivoiriens à part entière ».

LIRE AUSSI: Laurent Gbagbo prêt avant 2025 : « en 2024, le PPA-CI publiera son programme de gouvernement »

Pour rappel, Affi N'Guessan, a signé le 2 mai 2023, à Abidjan, un accord de partenariat avec le parti de , le Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix ().

LIRE AUSSI: Affi depuis Yopougon : « la réconciliation nationale ne sera pas achevée tant que Gbagbo et Blé Goudé n'auront pas retrouvé leurs droits civiques et politiques »

La signature de cet accord de partenariat intervenait à quelques mois des élections municipales et régionales 2023. Un scrutin déterminant pour les élections présidentielles d'octobre 2025.

Written by Mohammed Ouattara

Grave accident de la circulation sur l’autoroute du Nord ce lundi : 3 camions impliqués

Présidence du PDCI : Guikahué accuse Cowppli-Bony, le président par intérim de violer les statuts