Alain Lobognon: « il ne faut pas ruser avec la Constitution ivoirienne »

Le Vice-président du MVCI, , a demandé ce mercredi 11 septembre 2019, l’application de la Constitution ivoirienne qui est sujet de débat.

Certains journalistes annoncent une modification de la Constitution en Côte d’Ivoire.
Le débat a eu lieu en octobre 2016 à l’Assemblée nationale. Les Députés étaient majoritairement opposés à la suppression de la limitation de l’âge, fruit des acquis démocratiques en Côte d’Ivoire.

Il fut rétorqué que ce projet est l’œuvre du Président de la République. Appliquons le donc! Les députés avaient également dénoncé la suppression du bulletin de santé du candidat, estimant que « l’on ne pouvait pas exiger aux élèves et étudiants de fournir un bulletin de santé pour un simple concours et ouvrir la porte à un fou ». Appliquons donc la Loi!

A LIRE AUSSI : Voici les dates des congés et vacances scolaires 2019-2020 en Côte d’Ivoire

Dans tous les cas, il n’y aura pas de modifications constitutionnelles en catimini. Aucune formation politique ne disposant d’une majorité de 2/3 au Parlement, seule la volonté du Peuple s’exprimera pour modifier ou non cette Constitution de 2016 qui a coûté plus de 13 milliards de FCFA aux Ivoiriens. À l’heure actuelle, la Côte d’Ivoire ne dispose toujours pas:

  1. d’un Code électoral conformément aux dispositions de la Constitution.
  2. d’une nouvelle liste électorale après 10 ans de vie de l’ancienne où figurent des milliers de morts.
  3. d’une commission électorale de consensus

A LIRE AUSSI: Mamadou Koulibaly: « avec Ouattara, la Constitution est devenue comme Frat Mat »

Si notre pays veut rentrer dans le cercle fermé des pays à haute valeur démocratique, il lui suffit de ne pas ruser avec la Constitution. D’ailleurs, elle ne demande qu’à être appliquée. Appliquons là donc!

Personnalités liées avec l’article