Annulation de la marche des catholiques à Abidjan : à la recherche des auteurs des menaces de mort

Adou Richard souhaite retrouver les auteurs de menaces de mort contre les participants à la marche de l’Eglise catholique, qui, de ce fait, a été annulée.

Le procureur de la République d’Abidjan, Adou Richard, en appelle à la collaboration de tous aux recherches entreprises afin de retrouver des auteurs de publications sur Internet de propos appelant à la violence, au meurtre des Ivoiriens ou à la haine ethnique ou religieuse, et de leur faire subir toute la rigueur de la loi.

Il s’agit « d’un certain Kamagaté Youssouf » qui a publié sur le réseau social Facebook, des propos invitant toute personne à commettre des meurtres durant la marche projetée par l’Eglise catholique. Il écrit « le 15 février, ça sera à chacun son catholique, on va verser un peu leur sang comme pour leur jésus là », indique un communiqué transmis à Yeclo.com dimanche 26 janvier 2020.

LIRE AUSSI : Après avoir « dénoncé le général Guéï à Laurent Gbagbo », l’Eglise catholique veut marcher pour la paix. Un cadre du RHDP lui dit non !

De même que, Soumaila Yéo, qui a indiqué que « tous les baoulés et bétés doivent être exterminés de la Côte d’Ivoire. Point barre ».

Le Procureur de la République constate avec regret que ces publications sont partagées par certains internautes sur divers réseaux sociaux et rappelle le caractère illégal de ces reproductions, parce que perpétuant l’infraction. Ces faits d’une extrême gravité, sont prévus et punis par les articles 66 et 70 de la loi N°2013-451 du 19 juin 2013 relative à la lutte contre la cybercriminalité.

LIRE AUSSI : La CEDEAO dit « NON » au 3e mandat de Ouattara (fake news) : Jean-Claude Brou dément ces propos qui lui sont attribués

Le procureur tient à indiquer que les infractions à la loi pénale à travers les réseaux sociaux ne peuvent rester impunies, tant en ce qui concerne les auteurs de publications contraires à la loi, les personnes qui les reproduisent, que les administrateurs des forums de discussion qui ne procèdent pas à la suppression desdites publications et à la dénonciation de leurs auteurs.

Il voudrait enfin mettre en garde les uns et les autres contre tout propos appelant à la violence, au meurtre des Ivoiriens ou à la haine ethnique ou religieuse.

Personnalités liées avec l’article