Cacao : tensions entre la Côte d’Ivoire et industriels sur le prix d’achat

Les tensions entre la Côte d'Ivoire et industriels sur le prix d'achat du cacao ont conduit à un envol des prix sur le marché.

Sur le marché de , la tonne de pour livraison en décembre, un contrat qui arrive donc bientôt à son terme, a grimpé de plus de 25% depuis vendredi dernier, pour culminer à 2.915 dollars, à un niveau plus vu depuis le début de la pandémie.

Pas pour autant de quoi se réjouir pour les producteurs de cacao, préviennent des observateurs du marché: ce bond des prix est au contraire la conséquence du conflit qui les oppose à leurs acheteurs, l'industrie chocolatière.

« La dispute sur les prix a poussé les acheteurs à se tourner vers d'autres sources, moins chères, ils se sont donc rabattus sur le marché new-yorkais », résume Andrew Rawlings, analyste chez Rabobank.

En de l'Ouest, le et la Côte d'Ivoire, qui représentent deux-tiers de la production mondiale, se sont associés depuis 2019 pour tenter d'obtenir plus de l'industrie chocolatière, sur le modèle par exemple de l'Organisation des pays producteurs de , l'Opep.

et avaient obtenu de leurs acheteurs, comme Nestlé, une prime de 400 dollars par tonne de cacao, appliquée à partir de la campagne 2020-21, qui a débuté en octobre.

Mais entre l'accord et la récolte, la pandémie de a ravagé la demande mondiale, et les industriels rechignent à voir les prix grimper alors que l'offre abonde.

LIRE AUSSI : Roch Kaboré : « nous abordons cette élection avec confiance et sérénité »

« Il y a eu une demande d'abaisser le premium, qui a apparemment été refusée. Un des géants de la confiserie a décidé de se tourner vers les réserves » propres aux places d'échange comme l'ICE à New York, au lieu d'acheter directement vers les pays producteurs comme les grands industriels le font d'habitude, explique Judith Ganes, analyste du marché des matières premières.

« Ca a surpris les autres participants du marché car la quantité était tellement importante qu'ils ont dû obtenir une exemption de l'opérateur », complète-t-elle.

Selon l'agence , qui cite des sources anonymes témoins de la transaction, l'acheteur est Hershey, l'un des plus grands confiseurs américains.

LIRE AUSSI : Marcon met en garde Soro : « qu'il ne mène pas des actions de déstabilisation depuis le sol français »

Contacté par l', Hershey n'était pas disponible dans l'immédiat, tout comme le numéro un et le numéro 2 mondial du chocolat, le confiseur américain Mars et l'italien Ferrero.

« Le résultat, c'est que les prix ont bondi alors même que les producteurs africains ont encore une partie de la récolte en cours à vendre », a résumé Ole Hansen, analyste de SaxoBank.

Sur le marché de New York, le contrat pour livraison en mars, moins directement affecté, a vu son prix bondir de près de 16% à 2.740 dollars. A , la tonne de cacao s'échangeait vendredi pour 1.829 livres sterling, contre en de 13,5% par rapport à la semaine dernière.

Written by Christian Binaté

Migration clandestine au Cap-Vert : dix corps retrouvés en mer

L’ONG Care international offre des kits sanitaires à la direction départementale de la santé de Soubré – Actualité ivoirienne 20/11/2020