Convocation à la police économique : Jacques Ehouo visé mais pas concerné

Jacques Ehouo, maire élu du Plateau, non installé, le 2 janvier 2019 à Abidjan

Le député et maire élu du Plateau, convoqué à la Police économique du Plateau. Ses avocats dénoncent une convocation adressée à X et attendent que la procédure respecte la constitution.

« A part la plainte contre x que cette lettre porte le nom de notre confrère (…) nous avons émis une réserve d’abord en disant si cette lettre est réelle. Alors à présent, nous avons une lettre contre x, contre inconnu. Donc, je ne sais pas ce qu’on reproche à Ehouo Jacques Gabriel. Nous allons le savoir certainement lorsque l’autorité judiciaire va respecter les voies prévues par la constitution de Côte d’Ivoire. Pour l’instant, nous ne savons rien », a déclaré Me Claver N’Dri, avocat de Jacques Ehouo, ce mercredi 2 janvier 2019.

Par ailleurs, se basant sur l’article 43 de la loi n° 2012-1128 du 13 décembre 2012, portant organisation des collectivités territoriales qui stipule : « Lorsqu’un conseil a été dissout ou suspendu ou que son élection n’a pas eu lieu ou a été annulée, une délégation spéciale est nommée par l’autorité de tutelle dans les quinze jours qui suivent l’annulation, la dissolution, la suspension ou la constatation de l’impossibilité de l’élection ». Me Claver N’dri  affirmé que dans ce cas d’espèce : « On n’est pas dans un cas de dissolution du conseil, , on n’est pas dans un cas de suspension de ce conseil, on n’est pas dans un cas où les élections au Plateau ont été annulées, c’est cela l’esprit de la décision », a-t-il expliqué.

A lire aussi : Exclusif / Plateau : Le pyromane présumé libéré, il avait été prévu d’incendier toute la mairie

Aussi a-t-il lancé à l’endroit des autorités : «  Si vous laissez ce pouvoir se poursuivre en dehors de ce cadre juridique (…) lorsque la chambre administrative de la cour suprême va annuler cette décision, la conséquence sera dramatique. Il faut laisser place à la force de la loi ». En outre, à la question de savoir si c’est le qui ne veut pas que Jacques Ehouo s’installe l’avocat a tranché : « Tout le monde ne peut pas être  ».

Quant à , il a déclaré :  » Nous avons écrit au ministre, nous avons adressé copie de cette lettre au président de la république, aux chancelleries, au ministre de l’intérieur pour attirer leur attention sur le non-respect de la loi. A mon avis  tout le monde sait que la situation du Plateau n’est pas normale ».

A l’en croire, il ne sait pas qui va confirmer la délégation spéciale. Dans la mesure où nous sommes dans une situation illégale. De ce fait, il affirmé : « Peut-être qu’ils se sont trompés et qu’ils vont se rattraper rapidement et Ehouo sera installé le plus tôt pôssible. »

Prince Beganssou

Personnalités liées avec l’article