Exclusif / Plateau : Le pyromane présumé libéré, il avait été prévu d’incendier toute la mairie

Flavien Niondé arrêté dans l'affaire de l'incendie de la mairie du Plateau

Interpellé par la Direction de la police criminelle (DPC), , présumé auteur d’un incendie à la , dans la nuit du mercredi 12 au jeudi 13 décembre, a été libéré à la veille des fêtes de fin d’année.

Au vu des lourds soupçons qui pesaient sur lui, Flavien Niondé également membre de l’équipe de campagne de , candidat malheureux () aux élections municipales du Plateau, avait été incarcéré à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan () après des jours de garde à vue, dans les locaux de la DPC au Plateau.

En effet, dans leur enquête, les policiers se sont aperçus que les criminels avaient pour intention de mettre le feu à toute la mairie du Plateau. Ils ont découvert des traces d’essence aux alentours de tous les bâtiments de la mairie, y compris aux archives qui contiennent tous les actes vieux de plus d’un siècle.

A lire aussi. Incendie à la mairie du Plateau : Flavien Niondé, un proche de Sawegnon arrêté

L’arrestation de Flavien Niondé s’est faite grâce aux témoignages d’un groupe de chrétiens-intercesseurs qui sont venus dans l’objectif d’organiser une séance de prière à la veille de l’installation de le maire élu de la commune du Plateau. Ils ont surpris les pyromanes en train de mettre le feu dans le premier bâtiment. Flavien Niondé a été reconnu par des membres du groupe de prière qui habitent la commune comme lui.

Notons que dans sa déclaration à la DPC, Flavien Niondé avait affirmé avoir agi sur instigation de plusieurs personnes proches de Fabrice Sawegnon, le candidat malheureux notamment Honorer Séa, un de ses directeurs de campagne, par ailleurs vice-gouverneur du district d’Abidjan et cadre du RDR, Didier Djoro, un membre de l’équipe de campagne et Jacques Yapi, le maire intérimaire de la commune.

« Ce sont des drogués qui peuvent tenir de telles affirmations. Il n’y a que des drogués qui peuvent dire ce genre de choses. Moi qui vous parle, je suis vice-gouverneur du District d’Abidjan. C’est-à-dire que je suis chargé de la sécurité des biens et des personnes du District, et le District comprend 13 communes. Quelqu’un qui a une telle charge ne peut pas s’amuser à commanditer l’incendie d’une mairie. Et puis dans quel but ? », se défend . Une ligne de défense identique à celle des autres accusés.

Assurément, l’incendie avait pour but, d’empêcher la cérémonie d’installation de Jacques Ehouo le grand vainqueur des élections puisque l’argument a été brandi pour une annulation pure et simple de la cérémonie. Le préfet d’Abidjan Vincent Toh Bi Irié, qui était présent sur les lieux, a disparu avant le début de la cérémonie, prévue pour être faite dans la salle de mariage, non touché par le feu, sans donner de raisons.

Roxane Ouattara

Personnalités liées avec l’article