Côte d’Ivoire: 17 milliards pour la gratuité des soins, vraiment ?

Selon la ministre , le gouvernement ivoirien alloue 17,3 milliards à la gratuité des soins des populations surtout des personnes vulnérables.

Le gouvernement ivoirien alloue 17,3 milliards de francs CFA à la gratuité des soins des populations surtout des personnes vulnérables, a indiqué la ministre de la Solidarité, de la Cohésion sociale et de la Lutte Contre la pauvreté, Mariatou Koné.

LIRE AUSSI: Revue de la presse ivoirienne du 28 mai 2019

La ministre animait, vendredi 19 juillet 2019, un panel sur les investissements au niveau des pays pour la santé sexuelle et reproductive et des droits reproductifs, en marge du forum politique de haut niveau sur le Développement durable, à New York.

La ministre Mariatou Koné, par ailleurs présidente du comité régional de pilotage (CRP) du Projet « Autonomisation des femmes et dividende démographique au Sahel » (Swedd), a, au cours de cette rencontre, présenté des progrès enregistrés dans les pays où le projet est mis en œuvre.

Selon elle, l’on dénombre cette année, 1,8 million de bénéficiaires de cette gratuité dont plus de 32 000 indigents, qui également bénéficient de la ().

LIRE AUSSI: La suspension de la vente du cacao par la Côte d’Ivoire et le Ghana sera un échec selon Justin Katinan

Elle a, par ailleurs, présenté à l’assemblée, les progrès réalisés dans l’espace Swedd (Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad, Bénin) en matière de santé sexuelle et reproductive. Il s’agit notamment de l’augmentation du nombre d’utilisatrices de méthodes modernes de contraceptifs qui est de 4,302 millions dépassant l’objectif fixé à 2,2 millions d’utilisatrices.

« En Côte d’Ivoire, spécifiquement, le gouvernement injecte chaque année un million de dollars US à l’achat des produits contraceptifs », a-t-elle précisé.

LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire: apprendre à lutter contre la corruption va commencer dès le primaire

La ministre a ainsi plaidé pour l’allocation d’un budget d’environs 2 milliards de dollars US pour renforcer l’accès effectif des femmes et des filles aux services de santé sexuelle et reproductive afin d’atteindre les objectifs de développement durable (ODD ) et ceux de la Conférence internationale de la population et du développement (CIPD).

Personnalités liées avec l’article