Côte d’Ivoire: 5 gendarmes condamnés à 24 mois de prison ferme pour racket

Dans la lutte contre le racket en Côte d’Ivoire, le Tribunal Militaire inflige a condamné cinq gendarmes à 24 mois de prison ferme.

Certains affirment que malgré les condamnations sévères que le Tribunal Militaire inflige à leurs auteurs, le racket ne finit pas. Mais tant qu’il y aura des forces de l’ordre cupides qui courent après l’argent au lieu d’observer les règles de l’honneur et de la dignité, il y aura toujours des racketteurs et le Tribunal militaire sévira et coincera les racketteurs jusque dans leur retranchement jusqu’à ce que le dernier soit neutralisé.

Vous ne voulez pas arrêter le racket? Ok! C’est votre problème mais quand vous serez pris, on sera plus dur avec vous. Plus de condamnation avec sursis, c’est terminé ça ! Maintenant, vous rackettez 5f, c’est la prison ferme et la radiation à l’issue.

La justice n’a pas vocation à éradiquer une infraction, que cela soit le vol, l’escroquerie ou le racket, ces délits existent depuis la nuit des temps. Ça ne finira jamais. Le mérite d’une justice, ce n’est pas d’éradiquer le vol, le racket, la corruption, l’escroquerie, les bavures ou autres violations graves des droits de l’homme mais de punir sévèrement ceux qui les commettent. C’est ce que fait le Tribunal militaire.

LIRE AUSSI : Prélèvements abusifs des sociétés de téléphonie mobile en Côte d’Ivoire :Assalé Tiemoko envoie Moov, Orange et MTN en justice

Merci de nous faire confiance. De quoi s’agit-il ?En juin 2019, donc 3 ans de cela, 5 gendarmes : C.F.M, N.A.R, K.B.D, K.B.K et N.A.J.H. tous des sous-officiers sont informés par un des leurs, lui-même ancien gendarme radié pour mauvaise moralité, de ce qu’un « brouteur » vient de percevoir 17 millions dans le village de Brofodoumé.

Ils se dotent d’une arme, montent à bord de leur véhicule, se transportent dans le village et interpellent le « brouteur ». Ils lui demandent de leur remettre les 17 millions. En fait les 5 délinquants étaient convaincus que le « brouteur » ayant eu cet argent de façon illégale n’allait pas résister ni porter plainte. Mal leur en prit. Le « brouteur » ne s’est pas laissé faire. Comme les gendarmes opéraient en tenue civile, le « brouteur » a pensé que c’était des bandits. Il s’est donc défendu en alertant les habitants, les jeunes du village qui sont venus à son secours ; ceux-ci ont caillassé et incendié la voiture des gendarmes avant de les neutraliser et les conduire devant le chef du village.

LIRE AUSSI : Election de la FIF : Mamoutou Touré superviser de la FIFA

C’est devant le chef du village qu’ils se sont présentés comme des gendarmes. Conduits à la gendarmerie, ils sont déférés devant le parquet du Commissaire du gouvernement. Trois ans après avoir obtenu une liberté provisoire, ils pensaient que l’affaire était finie: c’était mal connaître le Tribunal militaire.

LIRE AUSSI : Tirage au sort CAN Côte d’Ivoire 2023: Salomon Kalou nommé assistant

Le Commissaire du gouvernement qui a décidé qu’une affaire de vol, racket, violations graves des droits humains, escroquerie bref aucun délit ni crime ne restera impuni fait juger les 5 gendarmes qui ont demandé pardon et se sont excusés pour leur jeunesse et leur manque de professionnalisme.

Ange KESSI et son équipe de parquetier n’en ont cure. Ils iront méditer à la prison militaire qu’on ne vient pas à la gendarmerie pour être riche mais pour servir la nation, c’est cela le sens << pro patria pro lege >>. À leur sortie dans 24 mois, ils seront radiés de la gendarmerie et rejoindront dans le chômage leur camarade qui les a informé et mis dans ce pétrin et qui rappelons-le, avait fait la prison avant d’être radié. Ça fera donc 6 gendarmes mafieux de moins à la gendarmerie.

Elimination du Bayern en Ligue des Champions : Nagelsmann menacé de mort

Côte d’Ivoire : vers la fin du délestage à Grabo