Côte d’Ivoire : le mot d’ordre de la réunification est donné au FPI

La rencontre de Bruxelles aurait apparemment eu un impact sur à Affi qui a dénoncé le 25 janvier 2020 les arrestations des politiques en Côte d’Ivoire.

Beaucoup de gens ont apprécié le discours du président Affi le samedi dernier. D’aucuns disent que Affi revient sur le bon chemin sur la question de la CEI, et qu’ils retrouvent maintenant le vaillant leader qu’ils ont connu. Ils continuent pour dire que c’est l’impact la visite à Bruxelles, des instructions reçues du président Gbagbo.

Bon, c’est déjà une bonne chose si les gens commencent à suivre massivement les discours d’Affi et à chercher à comprendre ce qu’il dit. Sinon pour ceux qui l’écoutent depuis le début, il a été clair que le FPI est à la CEI et fera tout pour l’amélioration de cette institution et se réserve le droit d’adopter d’autres mesures plus radicales si besoin en était.

Eh bien son discours n’a pas changé, sa stratégie est la même, adapter le curseur du combat politique à la conjoncture qui prévaut. Aujourd’hui, imaginons que le FPI arrête sa participation à la CEI, ça bloque automatiquement la CEI. Donc être dedans pour pouvoir peser dans le processus. Or si le FPI n’était pas dedans, ses menaces allaient être vaines et sans effet.

LIRE AUSSI: Affi N’Guessan : « le RHDP est ultra-dominateur à la CEI avec la présidence, le secrétariat … »

De reprendre cette partie encore?

Quant à l’impact de la rencontre de Bruxelles, mais bien sûr que cela donne un tonus, un boost. Affi a toujours dit qu’il attend de parler à Gbagbo directement, sans intermédiaires, sans « Gbagbo dit ». C’est ce qui s’est passé. Ils ont eu deux tête-à-tête, en dialogue direct et le résultat est là, Affi est en totale harmonie avec Gbagbo et il est mis en mission par Gbagbo pour réunifier le FPI et sauver la Côte d’Ivoire.

LIRE AUSSI: « J’accuse la CPI de mettre en péril la sécurité de Gbagbo et de faire de la politique plutôt que du droit »

Forcement cela donne encore plus de courage pour durcir le ton face au pouvoir. Avant, tout ce que Affi disait ou faisait était saboté par ses adversaires internes, donc il faisait sa stratégie en fonction de ses forces et faiblesses, partisans et adversaires.

LIRE AUSSI: Guikahué révèle : « ces cadres qui sont partis au RHDP veulent revenir ; beaucoup d’entre eux tapent à la porte du PDCI

Mais maintenant que le mot d’ordre de la réunification est donné, il y a de plus en plus de soutiens et moins d’attaques, moins de sabotage, donc la balance penche plus du côté des forces que des faiblesses. Alors, à ce moment, il appuie sur l’accélérateur. Je l’avais dit, attachez vos ceintures, 2020 va aller vite.

Personnalités liées avec l’article