Guikahué révèle : « ces cadres qui sont partis au RHDP veulent revenir ; beaucoup d’entre eux tapent à la porte du PDCI »

Maurice Kakou Guikahué a révélé que tous les cadres du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire qui sont partis au RHDP veulent revenir au PDCI.

Comme cela est clair et que nous sommes stables, nous attaquons l’année 2020, qui est une année électorale, par la préparation de la convention. Nous connaissons la date de la convention, et nous savons qui va participer à la convention. Aujourd’hui, nous préparons la convention. Cette convention se prépare de deux manières. Il y a la préparation théorique et la préparation pratique.

Nous allons lancer une première équipe sur le terrain. Les jeunes et les femmes. Qui vont tourner du 6 février au 24 février 2020. Après, nous allons lancer d’autres équipes. Donc, nous allons avoir une occupation du terrain jusqu’à la convention et aller à l’élection présidentielle. Je demande aux militants qui sont restés, qui sont d’ailleurs nombreux, de se mobiliser. Le constat aujourd’hui, c’est que beaucoup de nos militants ne sont pas partis.

LIRE AUSSI : Doumbia Major accuse KKB d’être l’un des organisateurs du commando Invisible

Et je voudrais dire aujourd’hui que tous ceux qui sont partis au RHDP, beaucoup d’entre eux tapent à la porte du PDCI. Ils veulent revenir. Nous leur avons dit de se reposer un peu et en temps opportun, ils feront leur retour. Il y aura donc beaucoup de surprises. Il y a certains d’entre eux qui négocient même leur réintégration au Bureau politique. Je voudrais donc demander à nos militants d’être rassurés car nous tenons le bon bout.

Je leur demanderai d’établir leur extrait, leur certificat de nationalité en vue d’établir leur carte d’identité. Ensuite, il faut qu’ils sachent que nous nous sommes rapprochés du FPI, donc s’il y avait quelques petites incompréhensions à la base entre eux et le FPI, qu’ils aplanissent cela. Que les militants du PDCI vivent en bonne intelligence avec les militants du FPI et des autres partis de la CDRP sur le terrain.  

LIRE AUSSI : Retro 2019 : Adama Bictogo demande à Soro de rendre son « tabouret »

C’est ensemble que nous irons aux élections. Qu’ils se rendent compte qu’aujourd’hui, nous ne sommes pas dans une alliance comme avec le RHDP, mais dans une plateforme. C’est-à-dire que nous nous retrouvons sur les grands dossiers, chacun conservant son parti. Ce sont des rapprochements. Donc il faut qu’ils tiennent compte de cela, car nous sommes dans un monde moderne et nous avons des amis. Le président Bédié a dit que 2020 doit être l’année des sacrifices. Je voudrais donc lancer un appel aux cadres qui sont au Grand Conseil et au Bureau politique.

Je voudrais leur dire que c’est le moment de se mobiliser autour du délégué. Ce n’est pas la personne du délégué, mais c’est le PDCI. Si chaque fin du mois, chacun apporte une contribution pour que le délégué vienne en aide aux militants démunis, ce sera pour faire avancer les choses et permettre à ces personnes d’établir leurs pièces. Je voudrais également demander aux députés de profiter de ces moments de congé pour investir leur zone pour actionner l’administration, l’application de la loi spéciale sur l’état civil qui dit que les Sous-préfets et les Préfets doivent aller vers les populations pour donner les jugements.

LIRE AUSSI : Lettre d’une Française vivant en Côte d’Ivoire à Macron : « savez-vous à quoi ressemble la vie sous la dictature de Ouattara, votre cher allié ? »

Le décret a été pris, il nous appartient, nous députés, de bousculer les Sous-préfets pour qu’ils le fassent et pour que les uns et les autres aient leur jugement. Ce sont des audiences foraines qui ne disent par leur nom. Si nous sommes assis que nous ne faisons rien, les gens ne vont rien fait. Il faut que maintenant, nous soyons proactifs, dynamiques, que chacun joue son rôle, faire des sacrifices et c’est ce que le président nous a demandé.

Comme je le dis toujours, on ne se ressemble pas dans un parti, il y a les bailleurs d’idées, des bailleurs d’énergie et des bailleurs de fonds. Nous avons fini de réfléchir et aujourd’hui, nous avons besoin des bailleurs d’énergie et de bailleurs de fonds. Si les deux sont ensemble, nous allons réussir.

Personnalités liées avec l’article