Dominique Ouattara à Washington: « 85% des enfants impliqués dans la cacaoculture vont à l’école »

a exposé le mercredi 18 septembre 2019, les acquis de la Côte d’Ivoire dans la lutte contre le travail des enfants à .

«Les études conduites par USDOL (le secrétariat américain du travail) montrent  que 85% des enfants impliqués dans la cacaoculture vont à l’école, ils vivent avec leurs parents et vont occasionnellement au champ avec eux en dehors des heures de cours », a déclaré Mme Ouattara, par ailleurs présidente du Comité national de surveillance des actions de lutte contre la traite, l’exploitation et le travail des enfants (CNS).

Les 15% d’enfants restant impliqués dans la production de cacao, a détaillé Mme Dominique Ouattara, ils ne vont pas  à l’école et ne vivent pas avec leurs parents.

A LIRE AUSSI : Liberia: plus de 26 élèves d’une école coranique meurent dans un incendie

«L’ONG vérité et la estiment le nombre d’enfants victimes de travail forcé dans la production de cacao à 0,17%», a-telle clarifié.

En outre, comme perspective, Dominique Ouattara a précisé que le troisième plan d’action 2019-2021 vient d’être adopté  avec un budget de 127 millions de dollars américains (63,5 milliards FCFA) pour s’attaquer, dans une approche holistique, aux causes profondes de ce phénomène.

A LIRE AUSSI: Konaté Sidiki à Man: « Alassane Ouattara ne parle pas trop »

Face à cet engagement de la Côte d’Ivoire d’apporter des réponses appropriées à la question, elle a souligné que la menace d’un embargo des Etats-Unis qui plane aujourd’hui, sur le cacao ivoirien loin de freiner le travail des enfants, ruinerait tous les efforts consentis.

Fondé en 1961 l’ est un think tank américain spécialisé dans les relations internationales.

A LIRE AUSSI: Abbas Sanoussi (DG Emploi): « le taux du chômage en Côte d’Ivoire est de 3,4% »

Il constitue un forum pour des leaders internationaux dans les domaines politiques, d’affaires et intellectuels et gère dix centres régionaux et des programmes fonctionnels liés à la sécurité internationale et la prospérité économique mondiale.

La Côte d’Ivoire est le premier producteur cacao avec près de 2, 25 millions de tonnes. Une matière première stratégique pour le pays représentant près de 10% du Produit Intérieur Brut (PIB) et 40% des recettes d’exportation, ainsi que des revenus directs et indirects pour près de 5 millions d’individus.

Personnalités liées avec l’article