Etablissements privés laïcs : Vers une grève des fondateurs qui réclament 50 milliards FCFA à l’Etat

Les , , ont tenu une assemblée générale extraordinaire à leur siège sis au Deux Plateaux. Et ce, pour analyser les problèmes qui touchent leur faitière notamment les questions financières et les problèmes liés au fonctionnement des structures.

Au terme des échanges et relativement aux points qui sont, entre autres, la procédure de contrôle des effectifs des élèves affectés par l’État dans les établissements privés d’enseignement et de formation; au paiement des passifs validés de l’enseignement technique de 2011/2012 et la prise en compte des passifs non audités de la période de 2000 à 2009; au paiement des impayés des frais de scolarité à la charge de l’Etat pour l’année scolaire 2017/2018 ; et à l’imposition de l’applicatif École Média comme unique moyen de remontée des données au système AGFNE.

Selon le président fédéral, , « La Feneplaci demande à l’Etat l’apurement dans les délais les plus brefs des arriérés de frais de scolarité de l’année scolaire 2017-2018, d’un montant de 50 milliards de francs; conformément aux promesses de l’administration financière avant le 31 Décembre 2018.

A lire aussi : Coopération ivoiro-française : La France au secours de l’Enseignement supérieur Ivoirien

Le paiement sur le budget 2019 des passifs de l’Enseignement Technique pour l’année scolaire 2011-2012, d’un montant de 1,6 milliard de francs, déjà validés par l’audit de KPMG, mais non pris en compte dans le précédent programme d’apurement ». La Feneplaci demande aussi le recours à l’outil informatique par recoupement des fichiers de l’inscription en ligne par les élèves et de validation par les établissements (AGFNE) d’une part et des fichiers de remontée des moyennes du premier trimestre d’autre part….

Personnalités liées avec l’article