Félix Tshisekedi sur TV5MONDE: « Ma priorité, rétablir la paix en RDC autrefois grenier de la République et aujourd’hui devenue un enfer »

En visite officielle en Belgique, était l’invité dans Internationales ce dimanche 22 septembre 2019, sur TV5MONDE avec Le Monde.

Extrait de l’interview de Félix Tshisekedi accordée à TV5Monde

La plateforme politique de considère ce dernier comme le « président honoraire » de la RDC. Ce titre vous semble-t-il approprié ?

C’est vrai non ? Les présidents français et ne sont-ils pas des présidents honoraires de la République française ?

A LIRE AUSSI : Du foot aux affaires, HEC Paris reçoit Didier Drogba, l’entrepreneur

Ils n’ont pas eu leur mot à dire sur la constitution du gouvernement de leur successeur…

Car ils ne sont pas en situation de cohabitation ou, plutôt, de coalition. Nous, nous le sommes. C’était le prix à payer pour la paix car je craignais une nouvelle crise que le Congo ne pouvait se permettre. C’est pour cela que Joseph Kabila a pris part à la composition de ce gouvernement. Sa famille politique a la majorité au Parlement.

Ne craignez-vous pas que cette coalition entraîne de nouvelles paralysies ?

Il y a encore quelques mois, on se regardait en chiens de faïence avec nos amis de la coalition actuelle. On s’est combattus, durant des années. Du jour au lendemain, il a fallu se coaliser, s’allier, pour éviter les blocages inhérents à la cohabitation et pour éviter le pire. Avec Kabila, nous partageons des valeurs communes de social-démocratie. Nous avons tenté de mettre nos billes ensemble. Nous espérons que cette expérimentation fonctionnera.

Félix Tshisekedi sur TV5MONDE

A LIRE AUSSI: Et le médicament le plus cher du monde est… le Zolgensma

Il y a un an, Joseph Kabila demandait à la tribune des Nations unies le départ effectif de la Mission onusienne en RDC (Monusco). Quelle est votre position à ce sujet ?

Félix Tshisekedi sur TV5MONDE

Je suis favorable au maintien de la Monusco. Je l’ai d’ailleurs dit au Secrétaire général de l’ONU qui m’a informé que cette mission resterait encore quelque temps. Nous en avons besoin, surtout pour l’est du pays, en appui notamment logistique à nos forces de défense.

A LIRE AUSSI: Ebola en RDC : la barre des 2000 morts franchie

Ma priorité est de rétablir la paix dans cette région, autrefois appelée le « grenier de la République », et aujourd’hui devenue un enfer. Je ne peux pas me sentir chef de l’Etat et accepter une telle situation. Et c’est un paradoxe que, dans un pays aussi riche, la population soit parmi la plus pauvre au monde.

Personnalités liées avec l’article