Fin du Franc CFA : voila ce qui va changer

Emmanuel Macron a annoncé le samedi 21 décembre 2019 à Abidjan en Côte d'Ivoire la fin prochaine du franc CFA qui sera remplacé par l'ECO.

Voici ce qui va changer, et ce qui ne va pas changer pour le utilisé par huit pays d' de l'Ouest, avec la réforme annoncée samedi par les présidents français et ivoirien à .

Les six pays d'Afrique centrale utilisant également le franc CFA, mais qui forment une zone monétaire distincte, ne sont pas concernés par cette réforme.

Franc CFA, ce qui change

  • Le Nom

A sa création en 1945, franc CFA signifiait « franc des colonies françaises d'Afrique ». Après les indépendances des années 1960, le nom avait déjà évolué pour devenir « franc de la Communauté financière africaine », pour les huit pays d'Afrique de l'Ouest (, Faso, Côte d'Ivoire, , , , et ). Mais ce nom restait perçu comme un symbole post-colonial.

LIRE AUSSI : Quel nom pour la future monnaie unique de la CEDEAO ?

Le FCFA va devenir l' »Eco », qui est en fait le nom choisi pour la future monnaie unique des 15 pays de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao).

  • Fin du dépôt des réserves de change en

Deuxième point majeur de la réforme, la Banque centrale des Etats d'Afrique de l'Ouest () ne devra plus déposer la moitié de ses réserves de change auprès de la Banque de France, une obligation qui était perçue comme une dépendance humiliante vis-à-vis de la France par les détracteurs du FCFA.

LIRE AUSSI : Franc CFA : le clash entre Nathalie Yamb et un représentant de l'ambassade de France

La BCEAO « n'aura à l'avenir plus d'obligation particulière concernant le placement de ses réserves de change ». « Elle sera libre de placer ses avoirs dans les actifs de son choix », selon la présidence française.

  • Gouvernance : plus de représentants français

Troisième changement : la France va se retirer des instances de gouvernance de l'Union monétaire ouest africaine (UMOA) où elle était présente.

« La France ne nommera plus aucun représentant au Conseil d'administration et au Comité de politique monétaire de la BCEAO, ni à la Commission bancaire de l'UMOA », a expliqué l'Elysée.

LIRE AUSSI : La France sur le franc CFA: « nous restons ouverts à une réforme mais à une condition »

Il s'agit de « désamorcer les critiques », selon lesquelles la France continuait de dicter ses décisions dans ces instances via ses représentants, selon l'Elysée.

Franc CFA, ce qui ne change pas

  • La parité fixe avec l'Euro

La parité fixe avec l'euro du franc CFA, futur Eco, est maintenue (1 euro = 655,96 francs CFA).

Il s'agit d'éviter les risques d'inflation (présente dans d'autres pays d'Afrique) a expliqué le président ivoirien .

Cette parité fixe est pourtant l'une des caractéristiques du FCFA les plus critiquées par des économistes africains, selon lesquels l'arrimage à l'euro, monnaie forte, pose problème pour les économies de la région, beaucoup moins compétitives, qui ont besoin de donner la priorité à la croissance économique et à l'emploi plutôt que de lutter contre l'inflation.

LIRE AUSSI : Brigitte Macron à l'hôpital Mère-Enfant de Bingerville en Côte d'Ivoire

Ces économistes plaident pour la fin de la parité fixe avec l'euro et l'indexation sur un panier des principales devises mondiales, le dollar, l'euro et le yuan chinois, correspondant aux principaux partenaires économiques de l'Afrique.

  • La garantie de la France

conservera son rôle de garant financier pour les huit pays de l'UEMOA.

« Si la BCEAO fait face à un manque de disponibilités pour couvrir ses engagements en devises, elle pourra se procurer les euros nécessaires auprès de la France », explique l'Elysée. Cette garantie prendra la forme d'une « ligne de crédit ».

« Avec le maintien de cette garantie, en attendant l'Eco, nous voulons éviter la spéculation et la fuite des capitaux », a justifié Alassane Ouattara.

Written by Véronique Fortes

Macron à Abidjan : « le colonialisme a été une erreur profonde, une faute » de la France

Buhari Ouattara

La mise en oeuvre de l’Eco en 2020 n’est « pas certaine », selon le Nigeria