Après la démission de Duncan : la GRADDH demande une transition politique dès le 1er novembre 2020

La GRADDH demande le report la présidentielle ivoirienne et l'instauration d'une transition politique en Côte d'Ivoire à compter du 1er novembre 2020.

Le lundi 13 Juillet 2020, les et les apprenaient que la démission du Vice-président de la République de Côte d'Ivoire, SEM , est actée depuis le 8 Juillet. Le même Mercredi 8 Juillet 2020, c'était avec consternation que quelques heures après l'hebdomadaire Conseil des Ministres auquel il avait pris part, les Ivoiriens apprenaient le décès subit du Premier Ministre COULIBALY : il était le candidat désigné du Président sortant et du à l'élection prochaine !

Quelques semaines auparavant, début Juin, le Peuple ivoirien subissait l'opprobre et l'humiliation à travers les médias internationaux, du fait de l'implication alléguée de M. , Premier Ministre par intérim (il y a peu) et Ministre d'État et de la Défense de la République de Côte d'Ivoire dans un réseau de trafic international de .

LIRE AUSSI: Liste électorale : Alain Lobognon aux Ivoiriens « vigilance

Depuis la de 2010-2011, le contentieux électoral ayant occasionné, officiellement, Trois Mille Morts n'a jamais été élucidé ni vidé ; mais au contraire, le régime-Ouattara s'est toujours montré hostile à toute idée de . Pour preuve, début Février 2020, le a même dépêché des avocats de L'État en , pour prendre part au procès du Président et du Ministre Charles BLE GOUDE, afin d'empêcher que ces deux illustres personnalités – pourtant acquittées par la – ne regagnent leur pays la Côte d'Ivoire.

Les méthodes de gouvernance du régime-RHDP, depuis Avril 2011 à ce jour, se caractérisent par des violations permanentes des Droits de l'Homme et par la négation constante des Libertés publiques ; puisque les opposants ne peuvent manifester librement et que les moindres critiques contre le pouvoir se qualifient « d'atteintes à la sureté de L'État » et sont passibles d'emprisonnements systématiques et abusifs.

LIRE AUSSI: Démission : Amichia, Aka Aouélé, Danho Paulin quittent Ouattara ?

Le processus électoral en cours est dangereusement mis à mal. En effet, avec l'opération de l'enrôlement des électeurs qui s'est déroulée du 10 au 5 Juillet, tant en Côte d'Ivoire que dans certains États d' et des États-Unis, les Ivoiriens et la Communauté internationale ont pu se rendre compte que :

  • La Commission électorale indépendante () actuelle n'est guère indépendante, elle est plutôt contrôlée et phagocytée par le RHDP au pouvoir ;
  • Le Code électoral décrété de façon unilatérale par le Chef de l'État , président du parti RHDP, reste problématique ;
  • La liste électorale est soupçonnée par l'opposition et la société civile de regorger plusieurs centaines de milliers d'étrangers ; alors que des millions d'Ivoiriens n'ont pu être enrôlés.

LIRE AUSSI: Amadou Gon : en larmes Kandia Camara rend un émouvant hommage au Premier ministre

Pour toutes ces raisons (non exhaustives), GRADDH-, le Groupe de Réflexion et d'Actions pour la Démocratie et les Droits de l'Homme en Afrique, demande ce qui suit.
1/ GRADDH-AFRIQUE demande que l'élection présidentielle du 31 Octobre 2020 soit reportée au dimanche 31 Octobre 2021.
2/ GRADDH-AFRIQUE propose que s'ouvrent des discussions politiques tripartites, entre le pouvoir, l' et la société civile, afin de s'accorder sur l'instauration d'une TRANSITION politique à compter du 1er Novembre 2020.
3/ GRADDH-AFRIQUE demande que soit mis en place un Gouvernement de nationale, ayant pour mission essentielle d'organiser une élection présidentielle véritablement démocratique et apaisée.

Written by Dr Boga Sako

avion

Huawei exclu des réseaux 5G au Royaume-Uni : un choix mauvais et néfaste (COMMENTAIRE) – Actualités 15/07/2020

Affaire parrainage présidentiel d’octobre : Gnamien Konan interpelle et fait des propositions à la CEI