Hommage à Bédié, Joël N’Guessan dénonce la présence de pro-Sangaré « à la base de milliers de morts »

Cérémonie d'hommage à Bédié, le samedi 10 mars 2018, à Yamoussoukro
Joël N’Guessan, vice-président du RDR

  dénonce la présence de pro-Sangaré « à la base de milliers de morts », lors de l’hommage à Bédié. Le vice-président du Rassemblement des républicains (RDR) est monté au créneau, à travers une déclaration. Ci-dessous celle-ci.

Nous avons assisté le weekend dernier à des propos surréalistes de nos frères du PDCI-RDA au cours d’une rencontre, dite « d’hommage à Bédié », tenue à Yamoussoukro. Un observateur de la vie politique, s’est étonné que cette cérémonie se soit tenue à Yamoussoukro et non à Daoukro, terre natale du président Bédié, pour démontrer que le peuple Agba dont il est issu, est fier de son action politique depuis le décès en décembre 1993 du premier président ivoirien, Félix Houphouët-Boigny.

Jean-Louis Billon: « Sans le PDCI, le RHDP n’est rien »

Je lui ai fait comprendre que cela n’a rien d’anormal surtout par ces temps de soutiens politiques « indéfectibles » par ci et là sur l’ensemble du territoire national. J’ai même ajouté que cette manifestation est du réchauffé car nous avons déjà connu cela, de 1994 à 1999. L’on se souvient de ces milliers de clubs de soutiens aux noms souvent risibles et ridicules qui ont fleuri le temps d’enrichir leurs initiateurs. Bref.

Laissons les nouveaux clubs de soutiens se créer.  Et intéressons-nous aux propos tenus par ceux qui, galvanisés par les hourra et applaudissements de foules transportés (à grands frais) de  hameaux et de villages vers la place de la manifestation, se sont vus, pour le temps d’un weekend, dans l’obligation de mettre à mal la cohésion du .

Il ressort des propos (propos rapportés par les journalistes présents à cette cérémonie « dite d’hommage »)  tenus par ceux qui sont considérés comme des irréductibles que le PDCI-RDA met fin à ses « sacrifices » ; le PDCI aura un candidat en 2020 ; le parti unifié ne se fera pas avant l’alternance…

Guikahué : « Il y a bel et bien eu promesse d’alternance de Ouattara à Bédié »

Les questions qui se posent à tout observateur sérieux et averti de la scène politique ivoirienne sont les suivantes. Comment un ancien ministre du Commerce ayant participé à un gouvernement du président Alassane Ouattara peut estimer qu’il a fait des sacrifices et que ses sacrifices ont pris fin ? Pourquoi ne l’a-t-il pas dit quand il était au gouvernement ?

Pourquoi subordonner le parti unifié à une idée d’alternance ? Comment se fait-il que c’est sur les terres de Félix Houphouët-Boigny que l’on refuse le parti unifié ? Souvenons-nous que, Félix Houphouët BOIGNY, le Père Fondateur de la Côte d’Ivoire moderne nous a laissé un PDCI-RDA uni.

Un pays en paix avec une opposition civilisée. Celui qui a hérité de lui à son décès connait mieux que quiconque les conditions dans lesquelles il a géré cet héritage et surtout pourquoi le tissu social s’est disloqué avec comme conséquences des milliers de morts inutiles. Au passage, je fais remarquer que l’Alternance, n’est pas un projet de société. Nous attendons que ceux qui nous servent ce slogan à longueur de journée et de meeting nous proposent autres choses.

Comment peut-on créer les conditions et le cadre pour faire applaudir et ovationner des personnes qui sont à la base des milliers de morts de notre récente crise électorale ?

Enfin, il nous a été dit que le Front populaire ivoirien (FPI), tendance Aboudramane Sangaré a eu des représentants fortement applaudis au cours de cette cérémonie « dite d’hommage à Bédié ». Comment peut-on créer les conditions et le cadre pour faire applaudir et ovationner des personnes qui sont à la base des milliers de morts de notre récente crise électorale ?

Ceux qui les ont invités savent pertinemment que ces derniers n’ont jamais accepté de reconnaître leurs parts de responsabilité dans les nombreux crimes qui ont conduit leur mentor à la Cour Pénale Internationale. Que vont penser les parents de nombreuses victimes de cette initiative politique qui ressemble fort à une insulte à la mémoire des leurs trop tôt disparus ? Oui à la réconciliation, mais il faut qu’elle soit sincère et non un simulacre pour servir des desseins politiques.

Joël N’Guessan

Vice-président du RDR, chargé de la région du Bélier et du District autonome de Yamoussoukro

A lire aussi, Adama Bictogo contre-attaque : « Billon est un petit politicien, Guikahué est un homme dépassé »

Soutien aux députés frondeurs du PDCI : Quand Duncan défie Bédié

Personnalités liées avec l’article