Immigration clandestine : Un « retour d’enfer » qui touche la jeunesse de Koumassi

La fondation a organisé en collaboration avec la jeunesse de Koumassi, une campagne de sensibilisation sur l’immigration clandestine ce vendredi 29 septembre 2018 sur le terrain Mafia de la cité Félix Houphouët-Boigny. Objectif attirer l’attention des potentiels candidats à l’immigration clandestine, des dangers qu’ils encourent.

Phénomène qui continue de prendre de l’ampleur en dépit des malheurs qu’elle a occasionné dans plusieurs pays en général et particulièrement en Côte d’Ivoire, l’immigration clandestine peine à s’estomper. Face à cette situation, le gouvernement a entrepris des actions à travers la Direction générale des ivoiriens de l’extérieur (), l’Organisation internationale pour la migration (OIM) et les ambassades mais celles-ci semblent ne pas porter les fruits escomptés.

A lire aussi : Ex-candidat à l’immigration clandestine : « Le chemin pour partir est difficile, mais celui du retour est encore plus dur »

De ce fait, la fondation Konrad-Adenauer-Stiftung veut apporter sa pierre à l’édifice d’où la campagne de sensibilisation à la migration avec pour thème « Ici aussi est mieux !, Je reste ». Plusieurs personnes ont été intéressées par la teneur du message véhiculé à travers la projection du film documentaire « Migrants, retour d’enfer’’ du réalisateur ivoirien Patrick Fandio. Les organisateurs de la campagne en ont profité pour échanger avec le public qui était composé en majorité de jeunes et de certains chefs de communautés.

Sensibilisation sur l'immigration clandestine
Sensibilisation sur l’immigration clandestine

Prenant la parole, le représentant résident de la Konrad-Adenauer-Stiftung, a affirmé : « On ne peut pas empêcher un homme de voyager, de migrer. Mais migrer dans de bonnes conditions ». Dans la mesure où les jeunes qui s’aventurent à cette opération périlleuse, en quête d’un bien être, peuvent rester sur place et contribuer au développement du pays. « Vous serez plus utile vivant que morts, la Côte d’Ivoire a besoin de vous », a-t-il ajouté.

Tout en rappelant qu’ils ont un beau pays très riche qu’ils pourront contribuer à hisser au premier rang s’ils sont dévoués et engagés. Pour , représentant , le directeur de la DGIE, les actions menées par sa direction pour freiner ce fléau sont une batterie d’actions avec à la clé, des convois pour faire regagner les migrants interpellés dans les pays étrangers, la Côte d’Ivoire.

La session de projection s’est terminée par une série de question au public sur le documentaire. Ce qui a permis aux participants de rentrer chez eux avec avec des gadgets.

Prince Beganssou

Côte d’Ivoire : Un atelier recommande 50% de jeunes au gouvernement et 30% au conseil constitutionnel