JNP 2020 à Bonoua : les autorités s’engagent à restaurer une cohésion sociale

JNP 2020 à Bonoua : les autorités locales se sont engagées avec les populations à œuvrer pour la restauration et la promotion de la paix.

” L'unité et la cohésion sociale à ont été ces derniers jours touchées mais pas rompues. Merci à tous ceux qui ont initié médiations et concertations pour faire de nous des catalyseurs de la paix ” a indiqué le maire lors de cette rencontre préconisée par les guides religieux.

Selon M. Amethier, là où il y a le mensonge, la paix disparaît. Là où il n'y a pas le respect des lois, la paix disparaît. Là où il n'y a plus le respect des anciens la paix disparaît. Invitant les populations à poser les jalons d'une paix durable et d'une harmonie entre les filles et les fils de Bonoua.

Le Député-maire d'Adiaké, Hien Sié a rappelé que la ville de Bonoua  réputée paisible a perdu ses vertus ces derniers temps parce que le nécessaire n'a pas été fait.

LIRE AUSSI: Sinfra : Zoro Bi Epiphane exhorte la population à prôné la paix

“La paix est à entretenir comme une plante. Si nos enfants sont occupés à travailler, à préparer des diplômes et à entretenir des plantations, ils n'auraient pas à s'adonner à la violence.” a-t-il relevé, s'engageant aux côtés des autorités locales à trouver du travail aux jeunes.

Le sous-préfet de Bonoua, Kra Kouadio Maîzan a signalé que le plus grand ennemi de la paix, c'est l'imagination et la rumeur. En luttant contre ces deux fléaux, l'on pourrait tuer la méfiance, penser et cohésion sociale. Et refaire de Bonoua, une cité de travail et de discipline pour que plus jamais la violence ne sévisse sur notre territoire.

LIRE AUSSI: Le Maroc condamne l'instrumentalisation croissante de la religion à des fins terroristes dans le contexte de la pandémie – Actualités 17/11/2020

La ville de Bonoua a été secouée par de violentes suite à la  du président pour la 2020. Des manifestations accentuées par l'appel à la désobéissance civile lancée par l' qui ont occasionné des morts et des blessés.

Written by Emmanuella Bâ

Lutte contre le trafic illicite des biens culturels : l’Unesco et le Musée des civilisations célèbrent 50 ans

Londres : un diplomate ivoirien condamné pour harcèlement sexuel