Adjoumani répond au Figaro : « Ouattara n’a pas empêché ses adversaires de briguer la magistrature suprême »

Selon Adjoumani qui répond aux critiques du Figaro, Alassane Ouattara n'a pas empêché ses adversaires de briguer la magistrature suprême.

Premièrement, le Président n'a pas bricolé la Constitution pour se faire réélire. La nouvelle Constitution a été votée en 2016, elle n'a pas été modifiée à la veille du scrutin présidentiel.
En outre, il convient d'ajouter que le Président Alassane Ouattara avait manifesté publiquement son intention de ne plus briguer un autre mandat. Cette volonté a été traduite en acte avec la désignation du Premier Amadou . C'est suite au décès brutal de ce dernier qu'il s'est vu contraint de reconsidérer sa décision de retrait.

Il est bon d'insister sur le fait que la du Président Alassane Ouattara ait été jugée conforme à la Constitution par le au terme d'une audience publique.

Deuxièmement, le Président Alassane Ouattara n'a pas empêché ses adversaires de briguer la magistrature suprême. et étaient clairement inéligibles. Leurs dossiers étaient incomplets. Le premier cité, en plus d'être visé par une procédure à la , n'avait même pas signé sa déclaration de candidature. Le second était sous le coup d'une condamnation pour 20 ans d'emprisonnement et visé par un mandat d'arrêt international suite à une tentative de coup d'Etat.

LIRE AUSSI : Le quotidien “Le Bélier intrépide” suspendu pour 15 parutions

Troisièmement, les candidats Henri Konan Bédié et Affi N'Guessan étaient qualifiés par le Conseil Constitutionnel pour compétir. Mais contre toute attente, ils ont décidé de boycotter le scrutin, d'appeler à des violentes pour empêcher la tenue de la et exiger une transition politique, répondant ainsi à l'appel d'un certain Guillaume Soro qui invitait l'armée à se soulever contre les institutions de la République.

Mais, ce funeste plan ayant échoué, ils ont annoncé la création d'un conseil national de transition, . C'est cette dernière goutte d'eau qui a fait déborder le vase et conduit les autorités à interpeller les auteurs de cette entreprise de déstabilisation des institutions de la République.

LIRE AUSSI : Désobéissance civile : le corridor de Diabo incendié

Dans son réquisitoire contre la réélection du Président Alassane Ouattara, M. Yves Thréard semble malheureusement perdre de vue ces agissements intolérables dans un Etat de droit.
Au total, la Côte d'Ivoire ne connaîtra pas de « guerre civile » ni de « désastre ». Elle n'est pas non plus un terreau fertile favorable à l'expansion du djihadisme. Parce qu'elle n'est pas plus exposée à ce péril que les autres d' ou du monde.

avion

Revue de la presse tunisienne du 17 novembre 2020

Malcolm Any à la gendarmerie ivoirienne : « dites-nous…depuis quand avez-vous abandonnez la justice pour soutenir les miliciens ? »