La cohésion sociale menacée, risque d’affrontement à Toumodi : les causes

Dans le département de Toumodi, la cohésion sociale est de plus en plus menacée par les conflits entre agriculteurs et éleveurs de la localité.

Lors  de la présentation de vœux au nouveau préfet, Patrice Gueu, les populations, les élus avaient tiré la sonnette d’alarme relativement aux conflits récurrents entre agriculteurs et éleveurs qui ont cours dans le département.

Les deux derniers en date restent ceux de la semaine dernière dans les villages de Didablé, situé à 40 km de Toumodi, et Lohourébo, à 12 km de la ville chef-lieu du département, respectivement mardi et mercredi.

Dans ces deux villages, les populations, exaspérées par les destructions des plantations par les bœufs et devant l’inaction des autorités locales malgré leurs multiples plaintes, ont décidé de se rendre justice.

LIRE AUSSI: Amadou Gon Coulibaly dans le Gboklè : faut-il attendre une visite pour réhabiliter « La Côtière » ?

“Nous sommes exaspérés par les destructions de nos cultures, par les accidents de circulations provoqués par les bœufs, par les feux de brousse occasionnés par les bergers qui veulent réchauffés leurs animaux. Nous avons décidé de chasser les bœufs du village. Mais la gendarmerie est intervenue pour nous y empêcher”, a témoigné un jeune de Didablé.

Par contre, dans le village de Lahourébo, les choses ont plutôt dégénéré et il y a eu six interpellations par  la gendarmerie.

LIRE AUSSI: Idriss Déby: « s’il y a conflits entre Arabes et Ouaddaïens, (…) tuez 10 de chaque côté.Vous avez l’autorisation »

“Devant les dégâts sans cesse croissant, des jeunes sont allés détruire les pâturages. Le propriétaire a porté plainte et six des nôtres ont été interpellés pendant des heures à la gendarmerie. Nous avons entrepris une marche de protestation et sommes restés pendant des heures aux abords de la gendarmerie de Toumodi jusqu’à ce que nos frères soient relâchés”, a expliqué le président de la mutuelle du village, Dominique N’Goran Koffi.

LIRE AUSSI: Présidentielle 2020 : des chefs Baoulés apportent leur soutien au PDCI et à Bédié

Pour l’heure, un calme précaire règne dans les deux villages en question ou la plainte des propriétaires des bœufs a été porté devant les tribunaux, apprend-on.

Personnalités liées avec l’article