L’accord de paix du Soudan du Sud menacé

, chef des rebelles du , a menacé le dimanche 21 octobre 2019 de se retirer de l’accord de paix conclu en septembre 2018.

Riek Machar, leader du Mouvement de libération populaire du Soudan – En opposition (SPLM-IO), a déclaré à une délégation du Conseil de sécurité de l’ en visite à Juba que son groupe ne participerait pas au gouvernement d’union nationale tant que les réformes en matière de sécurité et les négociations sur le futur nombre d’Etats n’auraient pas été menées à bien.

Il a proposé une nouvelle prolongation de la période de pré-transition, afin de donner le temps aux parties concernées de mettre en place les nouveaux arrangements de sécurité. « Les questions critiques doivent être résolues. Les arrangements de sécurité doivent au moins avoir été mis en place. Sans quoi, le cessez-le-feu dont nous bénéficions depuis un an sera rompu », a indiqué Riek Machar.

LIRE AUSSI: La MINUSCA aux groupes armés en Centrafrique: « respecter les dispositions de l’accord de paix »

Les propos de Riek Machar n’ont pas été accueillis favorablement par les autres signataires de l’accord de paix, qui ont pour leur part insisté pour entamer comme prévu la formation d’un gouvernement d’union nationale le 12 novembre.

« Pour aller de l’avant, nous devons former un gouvernement inclusif qui puisse résoudre les problèmes. Nous pouvons prolonger (la période de pré-transition) autant que nous voudrons, nous ferons toujours face aux mêmes problèmes », a dit Peter Mayen, chef d’une coalition de partis politiques.

LIRE AUSSI: Manifestations contre le 3e mandat d’Alpha Condé: Amnesty craint de nouvelles arrestations à Conakry

Riek Machar a rencontré dimanche en tête-à-tête le président au sujet des questions de sécurité encore en suspens, mais les deux dirigeants ne sont parvenus à aucun accord, la réunion ayant été interrompue par l’arrivée d’une délégation du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Les deux dirigeants devraient cependant se revoir pour de nouvelles discussions. Le Soudan du Sud a sombré dans la guerre civile en décembre 2013, lorsque le président Salva Kiir a limogé Riek Machar, provoquant des affrontements entre soldats loyaux à l’un ou l’autre des deux dirigeants.

LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire: l’Hôpital mère-enfant de Bingervi

Le conflit a fait des dizaines de milliers de morts et a déplacé des millions de personnes tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays.

Personnalités liées avec l’article