Les capacités de desserte en eau potable renforcées dans le grand Abidjan pour faire face à la COVID-19 (Dossier) – Actualité ivoirienne 18/06/2020

Abidjan, – Il est 08H30 ce jeudi 07 lorsque le ministre de l'Hydraulique, arrive sur le site de l'usine de production d'eau d'Akandjé 1 et 2 et Abatta, dans la commune de , en vue de s'assurer de l'approvisionnement en eau des populations au moment où le lavage des mains est devenu l'une des priorités pour lutter contre la propagation de la maladie à coronavirus (COVID 19) dans le pays.

Sur place, en plus d'agents de la Société de distribution d'eau de Côte d'Ivoire (SODECI) qui assurent la continuité du service, le membre du gouvernement a constaté que cette usine, située sur la route de , à proximité d'une la cité d'habitations, est utilisée à 95% de sa production estimée à 25.700 m3/j. Cette usine a un impact direct sur les quartiers de Cocody, notamment les quartiers Djorogobité, Bessikoi, Saint Viateur, Abbata, Laurier, , Cités , Ephrata et André Malraux.

Le cap a été ensuite mis sur celle de Saint-Viateur, toujours à Cocody. En ce lieu, les techniciens de l'eau sont à la tâche et en alerte pour faire face à toutes les éventualités possibles en vue de la continuité du service en cette période de COVID 19.

En attendant l'inauguration de cette station, le ministre Laurent Tchagba a ordonné sa mise en service en raison de la pour alimenter les quartiers Saint Viateur, Djibi, Abatta, Riviera et Djogorobité et Cocody 8ème tranche. Avec une production journalière de 14.000 m3, cette usine est utilisée à 88%.

Dans sa volonté de parvenir à l'approvisionnement des ménages en eau potable 24H/24H comme ailleurs, M.Tchagba a décidé de visiter toutes les stations de production d'eau d'Abidjan, dont celle de ‘'Riviera centre'' avec un taux d'utilisation de 100% pour une production de 45.000 m3 /j. Cette station a un impact direct sur l'ensemble de la commune de Cocody.

«Nous avons décidé, mes collaborateurs et moi, de faire un suivi-évaluation de nos usines. Avec l'avènement de la pandémie en Côte d'Ivoire, cela nous a amené à rapprocher le suivi-évaluation en vue de maintenir la distribution de l'eau potable dans les ménages. Nous sommes heureux, car depuis un moment, il n y a pas de mouvement d'humeur de femmes qui tapent leurs casseroles», s'est réjoui le ministre au terme de sa visite.

Il a exprimé sa satisfaction sur l'état de fonctionnement des usines de production d'eau sur toute la ligne.

La capacité de production de l'ensemble des usines pour l'approvisionnement en eau du est 641.200 m3. Avec un taux d'utilisation de 90% actuellement, le Grand Abidjan est approvisionné à 579.960 m3. Ce qui est largement suffisant selon le ministre.

Les usines de production en eau potable desservant le Grand Abidjan sont au nombre de 22 dont 21 fonctionnent en temps plein.

Les usines et les volumes de desserte du Grand Abidjan en eau potable

Les usines de production en eau potable desservant le Grand Abidjan sont au nombre de 22 dont 21 fonctionnant en temps plein. Elles sont localisées sur l'ensemble du territoire du Grand Abidjan, de Bingerville à , en passant par Anyama.

L'usine de la zone Nord, à , a une production de 43.000 m3 et fonctionne à 100% avec un impact sur les quartiers des 220 logements, Indénié, zone Sonitra, Williamsville, et . celle de la zone Ouest, à Yopougon, est utilisée à 111% avec une production de 44.500m3. Cette usine dessert les quartiers de Yopougon, d'Attécoubé, de Treichville, de la zone portuaire, de et .

L'usine de Filtisac, à Abobo, est utilisée à 70% avec une production de 5600 m3/jour). Elle a un impact direct sur les quartiers Anador, Williamsville et Sonitra. Les entités de 1 et 2 ont, pour leur part, une production de 90 000m3/jour et sont utilisées respectivement à 125% et 104% . Cette importante usine dessert à 70% la commune de Yopougon.

Les usines d'Adjamé Nord et d'Andokoi, avec des taux d'utilisation de 44 et 128%, produisant 7.010 m3/j et 6.300 m3/jour. Elles fournissent l'eau potable aux quartiers d'Adjamé-Bromakoté et Indénié. Quant à la station du village d'Andokoi et , sur la route de , avec une production 9300 m3 /jour , elle est utilisée à 78% et approvisionne en eau les quartiers de , PK 17, Arouna Koné, Maci et Adiopodoumé.

Le  Parc ONEP avec une production de 3.900 m3 soit une exploitation de 78%, dessert la zone industrielle de Yopougon et Gesco; l'usine d'Anyama avec un volume de production de 4.900 m3 pour une exploitation de 94% comble la commune d'Anyama. L'usine d'Anonkoua Kouté à Abobo avec une  exploitation de 151% produit 45.400 m3. Cette usine approvisionne Abobo sud et centre, Anyama Unicafé, , N'Dotré et hopital FHB.

La station d'Adiopodoumé alimente ledit village 1600 m3/jour et celle de Songon située dans le village d'Andokoi sur l' exploitée à 119% avec une production de 50.100 m3 alimente Abobo pk18, N'dotré et Anyama. L'usine d'avocatier alimente le quartier avocatier, dépôt et Anyama avec production de 8200 m3 pour une exploitation de 103%. L'usine de la Riviera centre qui est utilisée à 100% à une production de 45.000 m3 approvisionne une grande partie de la commune de Cocody en eau potable.

L'usine de la zone Est avec une production de 50.300 m3 est exploitée à 126%.  Elle alimente plusieurs quartiers de Cocody, Adjamé Paillet, Abobo Zoo, Dokui, camp Agban. L'usine de la Riviera nord et modulaire qui produit 36.400 m3 alimente une partie de Cocody, et Marcory et est exploitée à 91%.

La Djibi exploitée à 117%  alimente la zone Pétro ivoire, 8ème tranche, Abobo Baoulé, Dokui et Mahou à hauteur de 25.700 m3. 1, la plus grande usine qui a une capacité de production (80.000 m3) est exploitée à 79%. Elle alimente la commune de Port-Bouët, Marcory et Koumassi avec un volume de 63.450 m3/j. Quand à Bonoua 2, qui a la même capacité, elle n'est pas encore fonctionnelle.

Des mesures d'urgences prises pour la continuité du service

Avec un besoin de 670.000 m3/j pour le grand Abidjan, la production réelle en eau se situe actuellement à 570.000 m3/jour. Dès l'avènement de la COVID 19 en Côte d'Ivoire, le ministre de l'Hydraulique a pris quatre dispositions pour garantir la desserte en eau potable de la zone du Grand Abidjan et à l'intérieur du pays. Un comité de crise, composé du ministère de tutelle, de l'Office national de l'eau potable (ONEP) et de la Société de distribution d'eau de la Côte d'Ivoire (SODECI), a été mis en place en vue de traiter avec célérité tous les défis engendrés par les mesures prises par le gouvernement pour contrer la progression de la pandémie de COVID-19, de la mise en service de l'usine de production de Saint Viateur qui impactera la Djibi, Abatta, Riviera et Djogorobité.

A ces dispositions s'ajoutent le démarrage des travaux du projet dénommé “Amélioration des performances techniques et financières du secteur de l'eau potable” (APTF), couvrant 155 sous-quartiers du et ses environs d'un coût de 47 milliards Fcfa, de l'augmentation des camions de citerne de distribution d'eau à Abidjan de trois à dix et sept à l'intérieur du pays afin de prendre le relais en cas de rupture de la continuité de service dans les hôpitaux, les camps militaires, les prisons et les quartiers.

L'objectif de ce projet, a détaillé M. Tchagba, est de régler  jusqu'en 2023, la question de la desserte en eau potable de ces sous-quartiers d'Abidjan ainsi que de ses environs et partant, améliorer les indicateurs techniques et financiers du secteur de l'eau.

Par ailleurs, les populations paieront l'eau potable à 423 francs CFA le m3 au lieu de 2.500 et 10.000 francs CFA dans le passé, a-t-il fait remarquer, ajoutant que dans ces zones, la production de l'eau sera renforcée avec 30.000 m3 supplémentaires.

Pour le ministre, il s'agit de rendre l'eau disponible à Abidjan dans plus de 95% des quartiers et sous quartiers à un niveau conforme aux standards internationaux, d'améliorer le ratio de facturation d'Abidjan d'au moins 15 points à échéance 2023 en le faisant passer de 64% à 85%.

Ce projet inscrit dans le programme « » permettra également l'élimination des corvées d'eau, la des tensions sociales liées au manque d'eau , d'amélioration des ratios de facturation et d'encaissements d'Abidjan, la pose de plus de 800 km de réseaux de distribution (renforcement et extension).

Après la première phase de l'APTF, suivra la deuxième à partir de 2021 d'un coût total estimé à 180 milliards de FCFA. Ce projet permettra de redimensionner les canalisations et de les réadapter au contexte actuel.

Pour lui, le remplacement de ces canalisations pour que l'eau puisse bien circuler est l'un des projets phare dans le cadre de l'APTF.

«L'ambition de donner l'eau 24/24 aux populations. Cet objectif n'est pas encore atteint. Nous sommes à 70%. Il reste 30% d'efforts à faire ou nous servons l'eau 16H sur 24 ou 18H sur 24. Pour arriver à faire 24/24, il y a des travaux à faire. Par exemple, lorsque les canalisations en 1960, 70 et 90 nous avons dimensionné les canalisations avec les petits diamètres. Et ce petit diamètre ne permet pas de distribuer de l'eau à volume important », explique l'expert en hydraulique.

L'une des priorités du gouvernement est la fourniture d'eau aux populations 24/24. Pour y parvenir, le ministre de l'Hydraulique,  annonce l'équipement, d'ici fin septembre, de 30 stations stratégiques de production d'eau de générateurs de reprise en cas d'interruption de l'électricité pour maintenir la distribution d'eau en continue 24/24.

« Lorsque l'électricité se coupe, la fourniture d'eau s'arrête. Et lorsqu'elle est rétablie, il faut un temps pour remettre les instruments en marche. Et cela fait que souvent, nous avons 24 heures de manque d'eau dans les ménages. Cette situation est très dommageable pour les populations, et c'est en cela que nous avons mis en place la stratégie d'équiper dans les premiers temps 30 stations stratégiques du pays de générateurs de reprise. C'est-à-dire, lorsqu'il y a une coupure, le générateur reprend immédiatement l'électricité », a expliqué M. Tchagba.

Toutefois, les sites de captage d'eau souterraine n'échappent pas aux menaces des activités anthropiques.

À Abidjan, les champs captant sont envahis par les habitations et soumis aux nuisances qui en résultent (inondations, rejets d'eau usées industrielles et domestiques dans leur talweg, dépôts sauvages d'ordures, …). Cette situation a occasionné des abandons de forage dont les eaux ont été contaminées (un forage c'est 80 millions FCFA au moins).

A cet effet, des dispositions sont prises pour que des travaux de sécurisation et drainage des sites puissent être réalisés pour sécuriser les champs captant en lien avec la Société de distribution d'eau de Côte d'Ivoire (SODECI) et l'Office national de l'eau potable (ONEP).

Autre action importante, c'est la lutte contre les casses de conduites de distribution d'eau potable pendant les travaux de voirie.

Les incidents sur les conduites d'eau sont les causes réelles des pénuries d'eau en Côte d'Ivoire. Selon le directeur de la maintenance de la Sodeci, Armand Brou de janvier à fin avril, 60% des ruptures  étaient liées aux incidents (casse de tuyaux et conduite d'eau) sur le réseau d'eau.

Dans la nuit du 03 au 04 juin 2020, plusieurs quartiers de la commune de Cocody à savoir la Riviera 2, 3 et 4, la Riviera golf et extension, la Palmeraie, André Malraux ont passé plus de 24 heures sans eau suite à un incident sur une conduite à la Riviera 3.

« Nous nous sommes réveillés avec les robinets secs. Heureusement qu'on a pu recueillir un peu d'eau dans une barrique. On ne sait pas ce qui se passe mais il n y a aucune goutte d'eau dans les robinets », avait indiqué à l'AIP, une habitante de la Riviera 2, Tapé Irène.

Selon le directeur général de la SODECI, , ce genre de situation cause un désagrément à sa structure qui non seulement doit réagir dans l'urgence et faire face à la colère des clients.

«Face à cette situation, nous mobilisons rapidement les équipes et les pièces de rechanges le plus rapidement possible. C'est une attention constante que nous mettant en place pour tout le processus au départ jusqu'à la fin pour assurer la meilleur qualité de service possible », a rassuré le DG Bakayoko.

Il précisé qu'actuellement en cette période de COVID 19, au niveau des ménages, la consommation de l'eau a beaucoup augmenté contrairement aux hôtels et restaurants où une baisse d'utilisation est constatée.

La SODECI se bat pour assurer la continuité du service jour et nuit.

L'impact des mesures dans les ménages

Pour assurer la continuité de la desserte d'eau, le DG de la SODECI a souligné qu'un centre des opérations fonctionne en permanence dans le but de vérifier plusieurs choses notamment la pression sur l'ensemble du réseau.

«Cela permet de voir les problèmes sur les canalisations, donc nous vérifions à travers les capteurs. Il y a également la fraude qui réduit la quantité d'eau qu'on veut donner à un client. Tout cela, nous traitons rapidement pour satisfaire le client », a promis M.Bakayoko.

Cette volonté de l'Etat est saluée par les populations qui ressentent en cette période une amélioration de la desserte en eau potable.

«Depuis le mois d'avril, nous sentons une amélioration de la desserte en eau potable. Certes, il y a une faible pression surtout les matins et les soirs mais dans l'ensemble, nous sommes toujours approvisionnés en eau », s'est réjoui Kouman Alexis, un habitant de Vridi cité de la commune de Port-Bouët.

A Koumassi en passant par Treichville et Cocody, les consommateurs ont exprimé leur joie de constater l'abondance d'eau produite dans les robinets.

«Je contacte effectivement que depuis l'avènement de la COVID 19 en Côte d'Ivoire, il y a moins de coupure d'eau dans notre zone. En plus des efforts ont été faits pour augmenter la pression », a témoigné Kossonou Hélène, une habitante de Cocody Riviera.

Les habitants des quartiers non viabilisés qui saluent le programme de l'APTF qui permettra de régler le programme dans leur environnement immédiat.

«Nous sommes véritablement confrontés aux problèmes d'eau. En plus le coût de l'eau avec les revendeurs est très cher. Aujourd'hui avec le programme APTF, c'est un soulagement tant au niveau social et économique », a indiqué à l'AIP le secrétaire général de la chefferie de Niangon continue, Gbonbly Alexis.

Dossier réalisé par Benjamin SORO

Written by Yeclo avec AIP

avion

La Chine envisage des amendements pour faciliter l’utilisation des archives – Actualités 18/06/2020

avion

Afrique en marche du 18 juin 2020