MIDH: sanction des auteurs et l’indemnisation des victimes de VBG

Le MIDH a plaidé pour la sanction des auteurs et l’indemnisation des victimes de VBG le vendredi 22 novembre 2019 à Abidjan.

Des responsables d’associations de victimes, d’associations féminines, des leaders religieux, des travailleurs sociaux et des chefs traditionnels venus d’Abidjan Ouest, de Dabou et Grand Lahou sont réunis de vendredi à dimanche à Dabou, dans le cadre d’un “Atelier de renforcement des capacités sur les violences sexuelles et les violences basées sur genre”.

Organisé au complexe hôtelier Akparo, l’ atelier est financé par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et est exécuté par le Mouvement ivoirien des droits humains (MIDH), avec l’appui technique de l’Association des femmes juristes de Côte d’Ivoire et la Confédération des victimes de guerres de Côte d’Ivoire.

LIRE AUSSI: Le CNDH réclame justice pour la petite Océane violée à l’age de 3 ans

Selon le directeur exécutif du MIDH, Amon Dongo, l’atelier vise à instruire les participants sur la prise en charge et le processus de réparation des victimes des violences sexuelles à travers les crises que le pays a connues et les victimes des violences basées sur le genre (VBG).

M. Amon a fait savoir que le MIDH et ses partenaires initient ces ateliers afin que les actions conjuguées des participants à l’échelle nationale apparaissent aux yeux des autorités comme un véritable plaidoyer pour la prise de décisions vigoureuses à l’encontre des auteurs de VBG et d’indemnisation et de prise en charge des victimes.

LIRE AUSSI: Violences sexuelles sur les enfants en Côte d’Ivoire: des sanctions plus sévères exigées par la société civile

“Nous voulons dire aux autorités que la situation des VBG est endémiques et qu’il faut prendre des mesures pour décourager les auteurs, aller au bout des enquêtes, donner force à la loi et punir les coupables”, a-t-il expliqué. A ce sujet, il a noté que le nouveau code pénal est progressiste. “Il prend en compte le viol, les mutilations génitales, les violences physiques…, reste à l’Etat de les appliquer strictement”, a-t-il ajouté.

Avant Dabou, un atelier du genre s’est tenu à Guiglo, Duékoué, Man, Korhogo, Boundiali et Grand-Bassam.

Personnalités liées avec l’article