Mort de Wattao : Alassane Ouattara va-t-il ordonner une autopsie ?

Alassane Ouattara va-t-il ordonner qu’une autopsie se fasse pour déterminer les causes de la mort Wattao, se demande Grah Ange Olivier ?

Après ce que je qualifierai d’affaire Arafat DJ, dont le décès a secoué la Côte d’Ivoire tant les causes, les conditions et le traitement qui en a été fait à susciter de nombreuses interrogations demeurées jusqu’à aujourd’hui sans réponse, en voilà un autre qui semble prendre le même chemin, celui du Lieutenant-colonel Wattao.

Les rumeurs autour de la cause réelle de ce triste enflent et une fois de plus, nous constatons que la réponse qui leur est donnée est quasiment la même que celle accordé aux rumeurs qui accompagnaient le décès de l’artiste: l’annonce d’obsèques officielles dont bénéficiera l’illustre disparu

On espère que ces obsèques, dites officielles, ne seront pas l’occasion de s’approprier le corps et les funérailles du défunt au détriment de sa famille comme ce fut le cas avec les obsèques d’Arafat DJ où nous avons eu l’occasion d’assister à la scène surréaliste de l’interdiction faite à la mère de l’artiste par un étranger à la famille, fut-il ministre de la République, de voir pour une dernière fois le corps de son fils avant son enterrement.

LIRE AUSSI : Mort de Wattao : voici le message de Blé Goudé à la famille du colonel-major Issiaka Ouattara

Un constat s’impose c’est celui du refus du Président Alassane Ouattara d’ordonner qu’une autopsie qui est la dissection et l’examen du cadavre pour déterminer les causes de la mort soit réalisé alors que le contexte qui prévalait et qui prévaut lors de ces décès, aurait dû et doit l’y incliner. C’est la seule manière de prévenir efficacement les troubles à l’ordre public que l’enterrement du colonel dans ces conditions peut engendrer.

LIRE AUSSI : Vers un démantèlement du soutien militaire à Soro ?

Le Président Henri Konan Bédié et le Président Laurent Gbagbo, confrontés à des rumeurs de la même nature, n’ont pas hésité à le faire lors de la Mort du Président du RDR Djeny Kobenan le 19 octobre 1998, pour le premier et celle du Préfet de la ville d’Agboville Dieng Ismael dans la nuit du 13 au 14 Décembre 2003. Ce n’est pas un acte de faiblesse mais la décision de Chefs de l’Etat responsable qui ont tenus compte de l’émotion qui agitaient les populations.

LIRE AUSSI : Wattao : l’homme qui a protégé Gbagbo le 11 avril 2011 des soldats de Ouattara

Quand on se souvient des conséquences de cette omission dans le cas de l’artiste dont les fans les plus irréductibles se sont octroyés le droit d’exhumer illégalement le corps de leur idole pour procéder par eux-même aux constats auxquels, le Gouvernement, pour on ne sait quelles raisons, s’est abstenu de faire procéder. Nous osons espérer qu’il sera habité cette fois-ci par un peu plus de sagesse pour tenir compte la tension sociale ambiante qui est déjà suffisamment élevée.

Personnalités liées avec l’article