Opposition ivoirienne, une caisse de résonance utile à faire du vuvuzela ?

Opposition ivoirienne, un loup dans la bergerie ? Une analyse de Sony Wagonda sur l’opposition en Côte d’Ivoire à quelques mois de la présidentielle.

La démocratie africaine vit au dépend de l’opposition qui, fécondant bien de fois la vie politique, a du mal à convaincre la jeune génération et autres nostalgiques des années de longue paix, de son utilité.

De plus en plus, l’opposition africaine et celle de la Côte d’Ivoire se laissent définir par toute la panoplie de vices à savoir : troubles à l’ordre public, casse, pillages, insultes, défiance de l’autorité de l’État.

L’opposition ivoirienne est-elle responsable ?

Depuis l’époque où l’on rabâchait l’oreille avec des propos du genre « Houphouët voleur », rien n’a évolué qualitativement. Le même désordre demeure. Et les acteurs ont gardé leur nature.

LIRE AUSSI : 2020: « le RHDP s’appuie sur les sorties xénophobes de Bédié pour avoir des militants du nord ou d’origine étrangère« 

Le penser trouve son sens dans le tableau très obscur qu’elle présente. Pour peu, elle se disloque, se dédit et se fourvoie. La lutte pour le pouvoir vaille que vaille fait et continue de faire des victimes dans le rang de la jeunesse militante. Pourtant cherté de la vie, pauvreté, prise en charge pour soins médicaux n’ont toujours pas trouvé réponse dans le peuple. La lutte pour le fauteuil présidentiel passionne plus et divise les Ivoiriens. Faut-il compter avec notre opposition affairiste ?

LIRE AUSSI : Bédié à Ouattara : « cessez vos perquisitions injustifiées, sans base légale, des domiciles de l’opposition »

L’opposition africaine en générale et celle de chez nous en particulier, manque d’unité et donc de sérieux. Les véritables poids lourds semblent écraser les plus petits qui finissent par se ranger du côté du pouvoir. Ça sent toujours l’achat des consciences.

L’inutile contre-pouvoir

En Côte d’Ivoire, l’opposition n’a pas encore su fédérer les énergies et établir un vrai rapport de force.

LIRE AUSSI : Blé Goudé : « ni Soro ni Wattao ne m’ont aidé à sortir du pays pour le Ghana », le président du COJEP explique comment il est sorti de la Côte d’Ivoire en 2010

Tant que l’idéologie en chaque parti politique ne fera pas la part belle au peuple et à ses intérêts, l’opposition ivoirienne ressemblera à des caisses de résonance, utiles à faire le vuvuzela. Et c’est ce qu’il convient de la lui concéder. Malheureusement !

Personnalités liées avec l’article