Bédié à Ouattara : « cessez vos perquisitions injustifiées, sans base légale, des domiciles de l’opposition »

Bédié a invité le dimanche 12 janvier 2020 Ouattara, à faire cesser les perquisitions injustifiées des domiciles des personnalités politiques de l’opposition.

Au regard du contexte politique, il nous reviendra de nous mobiliser et d’agir, avec les moyens que nous confèrent les lois de la république, pour obtenir du pouvoir exécutif, de meilleures conditions d’organisation d’une élection présidentielle juste, transparente et démocratique.

A cet effet, comme je l’indiquais dans mon adresse à la nation, l’opposition significative ivoirienne, composée de la CDRP et de EDS, est engagée à entamer un dialogue politique constructif avec le pouvoir exécutif, pour parvenir à la réconciliation nationale, gage d’une paix définitive et d’élection présidentielle crédible et démocratique.

En effet, la décrispation de la vie politique requiert, outre d’autres exigences, la libération de tous les détenus politiques de la crise post-électorale de 2010, l’abandon des poursuites et l’annulation des dernières condamnations au Tribunal d’Abidjan à l’encontre du Président Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé.

LIRE AUSSI: Mamadou Koulibaly : « j’ai parlé à Bédié et à Gbagbo … On peut envisager un plan B »

Par ailleurs, je demande, solennellement ce jour :
– l’abandon des poursuites judiciaires à l’encontre de Noël Akossi Bendjo, condamné par contumace, contraint à l’exil,
– la libération de Jacques MANGOUA et celle des élus et cadres membres des partis politiques dénommés RACI, MVCI et GPS.

Ces requêtes rejoignent l’homélie prononcée, le 30 décembre 2019, par le Cardinal Jean Pierre Kutwa, Archevêque Métropolitain d’Abidjan qui a demandé, avec forte supplication lors de la célébration de la messe dédiée à la 53ème journée mondiale de la Paix, au Président de la République de libérer les partisans de Soro Kigbafori Guillaume, mis aux arrêts le 23 décembre 2019 et de surseoir aux poursuites engagées contre l’intéressé lui-même.

LIRE AUSSI: « Ouattara est devenu aphone sur son projet phare d’une Côte d’Ivoire émergente en 2020 »

Il a dit en substance ceci : « Monsieur le Président, je vous supplie de faire sortir de prison ceux qui ont été arrêtés dernièrement.
La paix est chemin d’espérance, chemin d’écoute et chemin de réconciliation.
Et d’ajouter à l’endroit du Président de la République :« ne te laisse pas ronger par le désir de vengeance. Ne te laisse pas déstabiliser par la rancune. Sinon, tu y laisseras ton âme. Comprends tes ennemis, aimes-les» .

Il a conclu en disant qu’un petit geste de solidarité peut rallumer une espérance et qu’il rêve d’un moment où nos leaders s’asseyent et s’écoutent.

LIRE AUSSI : Mort de l’élève de seconde C à Dimbokro : 2 policiers aux arrêts, voici ce que révèle l’autopsie

Malheureusement, vous constatez, avec moi, que la supplication forte et sincère du sommet de l’église catholique en Côte d’Ivoire n’a pas donné les résultats escomptés; à savoir la libération des prisonniers.

Dans la même veine, au nom de la paix, j’invite le pouvoir exécutif, d’une part à faire cesser les fouilles injustifiées, sans base légale, des domiciles des personnalités politiques de l’opposition et d’autre part à mettre fin aux tracasseries subies par celles-ci.

Cette invitation tire sa signification et sa portée de l’adage qui dit :« ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu’on te fasse ». A bon entendeur salut.

Personnalités liées avec l’article