Presse ivoirienne : Un ultime standing-ovation pour Kanga Rovia

C'est par un standing ovation que le public a accompagné sa dépouille mortelle, jusqu'au corbillard.
Rovia Kanga laisse derrière lui une compagne et 5 enfants

L’émotion était à son comble ce vendredi 9 mars 2018, à Treichville, où la presse ivoirienne s’est réunie, pour assister à la levée du corps de , directeur de publication du journal (proche du ) et premier vice-président de l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire (), décédé, le jeudi 01 février 2018, des suites d’un accident de la circulation, sur l’autoroute du Nord.

La presse nationale, dans toute sa composante, était représentée pour se soutenir mutuellement dans cette difficile épreuve mais aussi pour apporter réconfort et compassion à la famille du défunt.

« c’est par un standing ovation que le public a accompagné sa dépouille mortelle, jusqu’au corbillard. Rovia part en laissant une compagne inconsolable et cinq enfants »

En présence de plusieurs responsables politiques dont l’ancien ministre Gnamien Yao et le maire du Plateau Noël Akossi Bendjo, de plusieurs journalistes amis du défunt, au nombre desquels Moussa Traoré dit MT, président de l’UNJCI, Issa Bamba, membre de la direction de la communication de la présidence de la République, Marcellin Diby, fondateur du Mandat, André Silver Konan, ami du défunt, etc., une prière a été dite pour le repos de l’âme de celui qui partageait un surnom avec presque tous ceux qui l’ont connu.

Standing ovation de la presse ivoirienne

Président du monde mondial, VP, le boss, Opérateur économique, Papa, Kpoukpouliè, etc. tous avaient un souvenir personnel avec Rovia, homme qui avait une amitié facile, généreux et souriant. C’est demain que Kanga Rovia sera inhumé au cimetière de Gare Kan (), dans l’intimité familiale. A Ivosep, c’est par un standing ovation que le public a accompagné sa dépouille mortelle, jusqu’au corbillard. Rovia part en laissant une compagne inconsolable et cinq enfants.

Elvire Ahonon

A lire : Presse ivoirienne, les quatre plaies d’un secteur sinistré

A lire aussi : Amoin de ma famille : 3 millions FCFA pour sauver ses yeux